Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Les urgentistes de Laval dénoncent des insultes et des agressions de la part des patients

-
Par , France Bleu Mayenne

Les services d'urgence dénoncent ce mardi 11 juin, une nouvelle fois, leur manque de moyens. Près de 150 soignants du centre hospitalier de Laval ont apporté leur soutien aux urgences ce mardi, notamment confrontées à des patients agressifs.

Médecins, cadres, aide-soignants... 150 personnes ont débrayé avec le service des urgences du centre hospitalier de Laval ce mardi.
Médecins, cadres, aide-soignants... 150 personnes ont débrayé avec le service des urgences du centre hospitalier de Laval ce mardi. © Radio France - Aurore Richard

Laval, France

Le personnel des hôpitaux publics s'est une nouvelle fois mobilisé ce mardi 11 juin pour demander plus de moyens, humains et matériels. 95 services d'urgence en grève à travers toute la France et une centaine de personnes à Paris sous les fenêtres du ministère de la Santé.

Les urgentistes de la Mayenne se sont aussi mobilisés avec une assemblée générale à l'hôpital de Château-Gontier, et 150 soignants qui ont débrayé ce mardi après-midi au centre hospitalier de Laval en soutien au service des urgences.

Une façon également de dénoncer les agressions, les insultes dont ils sont victimes. Ce lundi 10 juin par exemple, une patiente a agressé quatre membres du personnel du CHU de Rennes, et l'hôpital de Laval n'est pas épargné.

Des insultes, des crachats, etc.

Au centre hospitalier de Laval, pendant le débrayage, Nathalie s'est postée devant l'entrée des urgences, sous un panneau "Soignants malmenés, patients en danger". Elle est aide soignante depuis 18 ans ici et elle est malmenée par les patients eux-mêmes : 

Le patient a jeté un grand chariot dans le couloir. On ne sait pas si le chariot va nous arriver dessus, on a peur"

Gwenaëlle a travaillé huit ans aux urgences et elle se souvient surtout de ce qu'elle ressentait à chaque insulte. "On se sent impuissant parce qu'on a beau essayer d'aller plus vite, d'avoir le sourire, de répondre à leurs questions, mais ils sont tellement stressés qu'on est face à des murs", explique la jeune femme. 

Les urgentistes du centre hospitalier de Laval sont régulièrement insultés par des patients.  - Radio France
Les urgentistes du centre hospitalier de Laval sont régulièrement insultés par des patients. © Radio France - Aurore Richard

Les patients sont de plus en plus agressifs et cela, Myriam a du mal à le comprendre. "Nous-mêmes, on ne le devient pas alors qu'on travaille dans des conditions difficiles chaque jour. On n'est pas responsables de l'attente, du fait de devenir maltraitants. On nous oblige par le manque de moyens à le devenir et c'est regrettable", souligne Myriam. 

Ecoutez le témoignage de Myriam, aide-soignante de nuit aux urgences de Laval, qui doit faire face à ces violences au quotidien.

Myriam et ses collègues doivent par exemple s'occuper de 120 patients par jour alors que les locaux sont prévus pour 70 maximum. Au centre hospitalier de Laval, les syndicats Force Ouvrière, CGT et CFDT organisent une assemblée générale le 19 juin prochain pour discuter de la suite de la mobilisation pour les urgences.