Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vaccin contre la grippe : 30% des pharmacies en rupture de stock, la situation s’améliorera en fin de semaine

-
Par , France Bleu

En raison du coronavirus, jamais autant de Français n'ont cherché à se faire vacciner contre la grippe. Conséquences, le pays est en situation de pénurie. Actuellement, 30% des pharmacies sont en rupture de stock mais la livraison de nouvelles doses en fin de semaine devrait soulager le secteur.

Actuellement, 30% des pharmacies sont en rupture de stock de vaccins contre la grippe saisonnière
Actuellement, 30% des pharmacies sont en rupture de stock de vaccins contre la grippe saisonnière © AFP - Ludovic MARIN

En matière de vaccination anti-grippe, le discours du gouvernement a été entendu, et même peut être un peu plus que prévu. Depuis le 13 octobre dernier, date de lancement de la campagne de prévention contre le grippe saisonnière, les Français se sont faits vacciner en masse. Au total, 13 millions de personnes devraient avoir été vaccinées contre la grippe cette année, contre 11 millions l'année dernière. 

Avec une telle demande supplémentaire, les pharmacies se sont rapidement retrouvées en rupture de stock. Selon Gilles Bonnefond, président de l'Union syndicale des pharmaciens d'officine, "30% des pharmaciens n'ont plus de vaccin actuellement". 

Pourquoi une telle pénurie alors que le gouvernement avait annoncé avoir pris les devants ? "Les laboratoires ont choisi d'étaler leur livraison plutôt que de les faire en une fois" regrette le représentant. "Il nous manque actuellement 2 millions de doses, ce qui explique cette pénurie". 

Mais le pharmacien tient à rassurer, "une livraison est prévue avant le 11 novembre" au niveau national et devrait permettre d'améliorer la situation. "Le gouvernement avait prévu d'avoir 20% de vaccins en plus cette année, en raison de l'épidémie de coronavirus et tablait sur 15 millions de doses. Sauf qu'en trois semaines, 9,5 millions de vaccins ont déjà été délivrés, principalement pour les personnes cibles, celles qui ont reçu des bons de vaccination. On s'est donc retrouvés en rupture puisque les laboratoires ont décidé d'étaler leurs livraisons jusqu'à début décembre" explique Gilles Bonnefond. 

2 millions de doses manquantes

Le président de l'union syndicale a demandé aux laboratoires d'accélérer leur production et leurs livraisons, ce qui devrait être fait d'ici au 11 novembre. 1,5 millions de doses sont attendues pour cette semaine. Le gouvernement est également en train d'acheter des vaccins à l'étranger et devrait pouvoir les mettre à disposition d'ici au début du mois de décembre. "Ils sont en train de chercher du côté des Etats-Unis et de la Scandinavie" précise Gilles Bonnefond. 

Malgré cela, le représentant des pharmacies estime que la situation restera tendue puisqu'au total, 13 millions de vaccins auront été délivrés selon le nombre de bons délivrés par les autorités sanitaires à destination des personnes à risque, et non pas 15 millions comme il était prévu. "C'est à la fois une bonne chose puisque jamais autant de personnes à risque n'on été vaccinées, idem pour les personnels soignants et les personnels des Ehpad. Mais cela signifie qu'il y aura des gens qui ne pourront pas se faire vacciner faute de stock". Deux millions de doses seront manquantes cette année, par rapport à ce qu'il était prévu regrette le représentant des pharmaciens.

Gilles Bonnefond a d'ores et déjà sollicité une réunion au ministère afin de travailler sur la prochaine campagne de vaccination contre la grippe. "On ne pourra pas recommencer ainsi en 2021 et nous souhaitons être en capacité de vacciner l'ensemble de la population cible l'année prochaine" explique-t-il. Néanmoins, cet engouement des Français pour se prémunir contre la grippe saisonnière est de bon augure. "On peut a priori en déduire que les Français répondront favorablement à l'arrivée d'un futur vaccin contre le Covid-19". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess