Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les vaccins pas obligatoires : une bonne chose selon le chef du service virologie du CHU de Toulouse

-
Par , France Bleu Occitanie

Emmanuel Macron a détaillé mardi soir les trois phases de déconfinement. Il a également annoncé que les vaccins contre le coronavirus ne seront pas obligatoires. Interview du chef du service virologie du CHU de Toulouse, Jacques Izopet.

Jacques Izopet, chef du service virologie du CHU de Toulouse.
Jacques Izopet, chef du service virologie du CHU de Toulouse. © Radio France - France Bleu Occitanie

Hier soir, le président de la République a annoncé les trois phases de déconfinement. Emmanuel Macron a également assuré que les vaccins ne seront pas rendus obligatoires. Ces deux dernières semaines, trois laboratoires ont annoncé avoir développé des vaccins prometteurs contre le Covid. Le Professeur Jacques Izopet, chef du service virologie du CHU de Toulouse, répondait aux questions de la matinale de France Bleu Occitanie. 

Professeur, vous êtes d'accord avec la décision du président de ne pas rendre le vaccin obligatoire ?

Oui, c'est une bonne chose, il doit y avoir une transparence complète. Le rendre obligatoire susciterait une méfiance et il faut lutter justement contre cette méfiance. Pour convaincre de se faire vacciner, un comité citoyen est dédié. Les scientifiques vont également devoir faire preuve de pédagogie.

On va donc peut-être pouvoir se faire vacciner très bientôt. C'est une bonne nouvelle pour vous ? 

C'est une excellente nouvelle. Les vaccins seront prochainement disponibles et les campagnes de vaccination pourraient commencer dès la fin de cette année ou le début de l'année prochaine. Les temps de développement du vaccin sont vraiment exceptionnels. Il faut une dizaine d'années habituellement. Les laboratoires se sont appuyés sur de nouvelles technologies. Ils ont également pu anticiper avec les études sur le sars cov, juste avant le coronavirus.

11 vaccins sont entrés en phase 3, la dernière étape avant homologation. Lequel sera choisi ? 

Le premier disponible sera celui qui aura obtenu toutes les autorisations sur la base des publications scientifiques après les résultats définitifs. Il peut y en avoir plusieurs. 

95% d'efficacité pour le vaccin américain Pfizer, le vaccin contre la grippe a quelle efficacité, pour comparaison?

Le vaccin contre la grippe est efficace à 60%. Ce qui veut dire que plus de 90%, c'est extrêmement intéressant. Bénéfique pour la population, particulièrement pour les personnes âgées, les plus vulnérables. 

Qui va pratiquer ces vaccins ?

Une réflexion est engagée en terme d'organisation à l'échelon national. Ce plan devrait être très bientôt bouclé, toutes les modalités précises ne sont pas encore définies. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess