Santé – Sciences

Les viticulteurs alsaciens satisfaits de l'assouplissement de la loi Evin

Par Guillaume Chhum, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass lundi 11 janvier 2016 à 20:15

Illustration de vendanges en Alsace
Illustration de vendanges en Alsace © Maxppp

Alors que la loi Evin fête ses 25 ans, les viticulteurs alsaciens sont plutôt satisfaits de son assouplissement. Un amendement adopté en fin d'année dernière, permet de parler de vin dans les médias, sans crainte de poursuites. Les addictologues sont furieux, l'alcool provoque 135 morts par jour.

C'est donc un triste anniversaire pour les addictologues et ceux qui luttent contre l'alcoolisme. 25 ans après l'adoption de la loi Evin sur la lutte contre le tabagisme et l'alcoolisme, en fin d'année dernière, les députés ont adopté un amendement dans le cadre de la loi santé de Marisol Touraine, qui permet de distinguer publicité et information sur l'alcool.

Un échec pour Claude Evin 

Un amendement qui permet de parler de vin dans les médias, sans risques de poursuites. "La loi santé, c' un échec total sur l'alcool," a commenté Claude Evin, l'ancien ministre de la santé entre 1988 et 1991, dont la loi sur la lutte contre l'alcoolisme et le tabagisme porte son nom. Claude Evin a précisé dans le JDD, que l'alcool provoque la mort de 135 personnes par jour en France.

Satisfaction pour les viticulteurs Alsaciens, ils attendaient cela depuis plusieurs années

Pour Jean-Louis Vézien, le directeur du Civa le Conseil interprofessionel des vins d'Alsace, "ça permettra à la viticulture de retrouver une place légitime, dans la communication, dans les médias. Avec l'ancienne loi, la viticulture était cantonnée à la rubrique gastronomie dans les dernières pages, alors que là, elle va retrouver une place tout à fait légitime, dans les pages principales, notamment en traitant de l'économie de notre pays. Nous allons pouvoir mettre en avant l'oenotourisme, qui représente en Alsace, près de 6 millions de visiteurs par an. "

En Alsace, la viticulture, c'est 4 000 viticulteurs, 1 million d'hectolitres récoltés par an,  15 500 hectares de vignes.

Lire aussi: "L'assouplissement de la publicité sur l'alcool est une bonne chose", interview avec le président de l'association des producteurs de Crémant d'Alsace, Jacques Cattin.

Partager sur :