Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Les volontaires se préparent à multiplier par deux les injections au vaccinodrome de Castelsarrasin

-
Par , France Bleu Occitanie

Alors que la vaccination va s’ouvrir dès ce lundi 31 mai à tous les adultes de plus de 18 ans, les volontaires, pompiers, médecins, infirmiers, pharmaciens ou vétérinaires, parfois bénévoles, doivent se préparer à tenir la vaccination pendant tout l’été.

500 injections et bientôt 1 000 injections par jour au vaccinodrome de Castelsarrasin
500 injections et bientôt 1 000 injections par jour au vaccinodrome de Castelsarrasin © Radio France - Olivier Lebrun

La campagne de vaccination contre le Covid prend une nouvelle dimension. La prise de rendez-vous sur les plateformes internet (Doctolib, Keldoc, Maiia) est désormais ouverte à tous les adultes de plus de 18 ans qui pourront commencer à se faire vacciner à partir de ce lundi 31 mai. Rapidement, les vaccinodromes vont devoir doubler leur capacité, comme ici dans le Tarn-et-Garonne, à Montauban et à Castelsarrasin où l’on va passer à partir du 5 juin de 500 à 1.000 vaccinations par jour. Les volontaires encadrés par les pompiers du SDIS 82 vont devoir tenir le rythme, y compris pendant l’été.

Les volontaires jonglent avec leurs horaires de travail

Dans le civil, Sylvie Boyer est vendeuse à domicile. En tant que pompier volontaire, depuis un mois,  elle vaccine à tour de bras dans les tentes mises en place dans le hall du  vaccinodrome de Castelsarrasin (82). "C’est prenant, il y a 500 personnes à vacciner dans la journée. Il est prévu de passer à 1.000 vaccinations jour, donc les effectifs vont être renforcés. Ici, on va doubler en effectifs. Heureusement, on est assez nombreux. Il y a des pompiers, il y a des gens qui sont bénévoles, des infirmiers, des pharmaciens, des vétérinaires. Il y en a qui jonglent avec leur temps de travail."

La salle d'attente du vaccinodrome de Castelsarrasin
La salle d'attente du vaccinodrome de Castelsarrasin © Radio France - Olivier Lebrun

À la question, allez-vous tenir jusqu’à la fin de l’été ? "_Il est prévu normalement que l’_on tienne la vaccination jusqu’au mois de septembre, moi je pense qu’on va tenir, j’espère bien qu’on va tenir, parce qu’il faut vacciner tous ces gens qui veulent être vaccinés, et c’est important qu’ils le soient" répond cette femme qui a l’engagement au cœur. En tant que pompier volontaire, elle a suivi une rapide formation pour devenir « vaccinateur. »

Le bénévolat à l'épreuve des congés

Infirmière à la retraite, Danielle, donne de son temps deux demi-journées par semaine au vaccinodrome, elle prépare les doses du vaccin Pfizer. "La préparation des doses, c’est extrêmement précis. Dans un petit flacon, nous préparons sept injections, évidemment, cela fait beaucoup de doses à préparer. Bon, on a un peu de visite, on nous apporte à boire, _un petit café, c’est très convivial_."

Les infirmières bénévoles préparent les doses de vaccin Pfizer
Les infirmières bénévoles préparent les doses de vaccin Pfizer © Radio France - Olivier Lebrun

Mais ce bénévolat durera t-il tout l’été ? "Je vais prendre des congés peut-être. Si je peux partir en vacances, passer la frontière, je traverserai la méditerranée avec mon mari originaire du Maroc, pour voir la famille" ajoute la retraitée qui ne cache ses intentions de faire un break.

Remplacer les départs en vacances

Le docteur Laurent Berger, médecin généraliste à Beaumont-de-Lomagne intervient au centre de vaccination de Castelsarrasin en tant que pompier volontaire. Pour lui, la vaccination de toutes les personnes majeures ne va pas changer grand-chose dans l’organisation, puisque c’est sur rendez-vous , essentiellement sur Doctolib. 

Docteur Laurent Berger - médecin généraliste et médecin volontaire chez les pompiers

C’est plutôt la montée en puissance d’une vaccination à 1.000 doses par jour qu’il va falloir gérer. "Nous avons déjà des volontaires inscrits, les pompiers, les gens qui ont été formés, les infirmières, des médecins, pharmaciens. Pour l’instant, on ne manque pas de bénévoles, on fait en sorte que tout le monde puisse participer." 

"On espère que cet été, il n’y aura pas de trou dans la raquette." - Laurent Berger, médecin généraliste à Beaumont-de-Lomagne

"C’est là que c’est un peu compliqué avec les vacances, surtout que tout le monde a été confiné depuis un petit moment. C’est à ce moment là qu’il y aura des sollicitations à faire plus importantes, on remotivera tout le monde. Le Conseil de l’ordre des médecins du Tarn-et-Garonne a déjà sollicité les confrères pour participer. On a besoin aussi de pharmaciens. On est prêt à tenir tout l’été, de toute façon, on s’adaptera."

Un appel aux pharmaciens

Isabelle Alquier est pharmacienne, elle doit régulièrement quitter son officine pour participer à la vaccination. La présence d’au moins un pharmacien est obligatoire sur le vaccinodrome pour surveiller la sécurité des produits. "Ça a un peu bouleversé ma vie. J’ai fait des créneaux supplémentaires sur mes jours de congés. On prend sur les journées où on devrait être à la pharmacie."

Les volontaires qui font tourner le vaccinodrome "Nous allons tenir"

Isabelle Alquier lance un appel à ses collègues pharmaciens. "J’invite tous les pharmaciens du Tarn-et-Garonne à venir nous aider. Nous ne sommes pas très nombreux à pouvoir se libérer. Je lance donc un appel, on a besoin de renfort."

Il faut vingt personnes par jour pour assurer la vaccination, il va falloir tenir tout l’été. Les volontaires au vaccinodrome touchent une indemnité équivalente au temps passé sur la vaccination.

Deux vaccinodromes se relaient

Dans le Tarn-et Garonne, les vaccinodromes de Montauban et de Castelsarrasin se relaient un jour sur deux. Montauban vaccine les lundis, mercredis, vendredis et samedis. Castelsarrasin, les mardis, jeudis, vendredis et samedis. La vaccination va passer à 1.000 injections par jour à partir du 5 juin à Montauban dans la salle de spectacle d’Eurythmie, et à partir du 19 juin à Castelsarrasin, à la salle Jean-Moulin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess