Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Levothyrox : " Je me suis mise à pleurer pour tout et n'importe quoi, je n'ai plus goût à rien"

lundi 18 septembre 2017 à 4:18 Par Nicolas Tarrade, France Bleu Limousin

Après la mobilisation de nombreux patients cet été, le Lévothyrox retrouvera son ancienne formule à la fin du mois. Trop tard pour certains patients. C'est le cas de Nadine, une patiente limougeaude, qui souffre de nombreux effets secondaires.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Arnaud Journois

La plateforme signalement-sante.gouv.fr a reçu plus de 9.000 déclarations d'effets secondaires, d'où la décision de remettre sur le marché l'ancienne formule du Lévothyrox. Le Lévothyrox est un médicament qui agit comme une thyroïde artificielle pour les patients dans le but de réguler leur corps. Il y a six mois, le laboratoire allemand Merck, qui fabrique ce médicament, a décidé de changer sa composition. Si la molécule de base n'a pas été modifiée, l'excipient, lui, est nouveau. L'association des deux pose problème.

J'ai eu des crampes inexplicables, assez récurrentes. Ensuite, j'ai eu une fatigue intense, inexplicable " - Nadine

Au départ, beaucoup de patients n'ont pas été informés de ce changement. C'est le cas de Nadine, qui vit sans thyroïde depuis 14 ans et qui prend du Levothyrox tous les matins. Depuis cet été, sa santé empire. "J'ai eu des crampes inexplicables, assez récurrentes. Ensuite, j'ai eu une fatigue intense, inexplicable aussi, parce que je n'avais pas changé de mode de vie, ni fait quelque chose d'extraordinaire. Et puis, dernièrement, je me suis mise à pleurer pour tout et n'importe quoi. Je n'ai plus goût à rien", avoue Nadine.

Au début, elle ne savait pas trop quoi en penser. Elle n'a pas directement fait le rapprochement avec le Lévothyrox, médicament qu'elle prend tous les jours depuis 14 ans. "Je pensais que des gens avaient peut-être gonflé le problème. J'avais laissé ça un peu de côté en me disant que ça ne pouvait pas être ça", explique-t-elle. Et d'ajouter : "J'en ai parlé à mon médecin traitant. Elle m'a dit que ce n'était pas très grave. Je pense que ce n'est pas réel".

Discuter est devenu insupportable, alors que d'habitude c'est plutôt le contraire"

Après un mois et demi, la situation empire. Les symptômes s'aggravent. "Je suis dans une fatigue extrême. Discuter est devenu insupportable pour moi, alors que d'habitude c'est plutôt le contraire", avoue Nadine. Elle a même dû être hospitalisée d'urgence. L'équilibre est plus que rompu.

"J'avais mis six mois après mon ablation de la thyroïde pour trouver un dosage équilibré. Ma vie était devenue normale. Là, tout a changé. En accord avec mon médecin traitant, on fait au jour le jour. On a changé les doses en urgence", explique-t-elle. Selon elle, le retour à l'ancienne formule est primordial. "Avec mon mari, on s'est même demandés s'il ne fallait pas aller en Allemagne ou en Andorre pour se procurer l'ancienne formule. Mais ça me fatigue rien que d'y penser", conclut Nadine.

Le retour à l'ancienne formule du Lévothyrox est programmé pour le 30 septembre ou le 1er octobre. Le médicament sera disponible sous un autre nom : Euthyrox, pour éviter la confusion. Il sera toujours uniquement disponible sur prescription médicale. C'est une solution transitoire, le temps que l'Agence du Médicament trouve d'autres fabricants pour commercialiser sur le long terme une formulation différente à la disposition des patients.

A lire aussi : Le centre de pharmacovigilance de Limoges croule sous les signalements