Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Levothyrox : l'ancienne formule restera finalement disponible jusqu'à fin 2021

-
Par , France Bleu

Le ministère de la Santé a indiqué aux associations de patients que l'ancienne formule du médicament contre l'hypothyroïdie serait disponible jusqu'à la fin de l'année 2021, et non seulement jusqu'à fin septembre.

L'ancienne formule devait s'arrêter fin septembre 2020.
L'ancienne formule devait s'arrêter fin septembre 2020. © Maxppp - Fabien Cottereau

Elle devait disparaître à la fin du mois de septembre, mais un courrier du ministère de la Santé indique tout autre chose : l'Euthyrox, ancienne formule du médicament contre l'hypothyroïdie Levothyrox sera bien disponible jusqu'à la fin de l'année 2021. C'est une association de patients qui a diffusé le courrier en question. 

Cette prolongation était réclamée depuis longtemps par les associations. Selon elles, ni la nouvelle formule du Levothyrox commercialisée par le laboratoire Merck depuis 2017 ni aucun des autres médicaments comparables récemment mis sur le marché ne convenaient à certains patients. 

L'Euthyrox est un médicament "initialement destiné au marché russe, correspondant strictement à l'ancienne formule de la spécialité Levothyrox, et faisant l'objet d'une importation à titre temporaire", rappelle le ministère. "Cette prolongation de distribution d'Euthyrox offrira aux patients concernés un temps supplémentaire pour amorcer le changement de traitement dès que possible pour une alternative thérapeutique pérenne", estime la Direction générale de la Santé dans ce courrier.

Au premier trimestre 2020, environ 95.000 patients étaient encore traités avec cette ancienne formule, "soit 3,1% des 3 millions de patients traités par lévothyroxine", le principe actif de ce médicament, estimait le ministère en juillet.

"Immense soulagement" pour les associations de patients

L'Association française des malades de la thyroïde (AFMT) se réjouit et parle d'"immense soulagement" pour les patients concernés, qui "étaient menacés d'être brutalement privés du médicament qui leur convient". Selon l'association, il s'agit d'un "changement radical de position" des autorités sanitaires, car à l'issue du comité de suivi du 6 juillet, le ministère qualifiait la fin de la distribution de l'Euthyrox en septembre d'"irrévocable" et évoquait seulement la nécessité "d'accompagner l'arrêt de distribution de ce médicament".

Pour rappel, la nouvelle formule du Levothyrox modifie certains de ses excipients pour davantage stabiliser le produit. Mais elle a été incriminée, entre mars 2017 et avril 2018, par quelque 31.000 patients souffrant de maux de tête, insomnies, vertiges, etc. Pourtant, une étude de pharmaco-épidémiologie menée par l'Agence du médicament (ANSM) sur plus de deux millions de patients a conclu en juin 2019 que le passage à la nouvelle formule du Levothyrox n'avait pas engendré de "problèmes de santé graves".

En juin 2020, plus de 3.000 consommateurs de ce médicament ont obtenu en appel à Lyon la reconnaissance d'un manque d'information du fabricant allemand Merck à propos de cette nouvelle formule, avec une indemnisation de 1.000 euros au titre du préjudice moral.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess