Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Levothyrox : le centre de pharmacovigilance de Limoges croule sous les signalements

-
Par , France Bleu Limousin

L'affaire du Levothyrox déborde les professionnels de santé en Limousin. Le centre de pharmacovigilance du CHU de Limoges, notamment, est assailli de déclarations d'effets indésirables. Son activité est multipliée par 5 ces deux dernières semaines.

De nombreux patients limousins se plaignent d'effets indésirables avec la nouvelle formule du médicament
De nombreux patients limousins se plaignent d'effets indésirables avec la nouvelle formule du médicament © Maxppp - Vincent Isore

Limoges, France

L'affaire du Levothyrox, dont la nouvelle formule produirait des effets indésirables sur des milliers de patients, déborde les professionnels de santé en Limousin. De très nombreux patients, traités pour la thyroïde avec ce médicament, se plaignent des effets secondaires de la nouvelle formule : vertiges, fatigue, maux de tête, etc...

5 fois plus de signalements au centre de pharmacovigilance

Premier concerné : le centre de pharmacovigilance du CHU de Limoges, qui recueille, entre autres, les déclarations d'effets indésirables des médicaments. Il croule sous les signalements : 150 en 2 semaines, soit 5 fois plus que d'habitude. Les déclarations proviennent surtout des patients eux-mêmes, mais certains cas sont signalés par l'intermédiaire des médecins. Le centre est obligé d'étudier tous les dossiers, qui ont ensuite compilés avec tous les signalements de France. Le problème, c'est que les déclarations sont souvent très évasives et les patients apportent rarement les compléments d'informations nécessaires.

Un simple effet nocebo ?

Même remous dans les pharmacies et chez les médecins endocrinologues, où de très nombreux patients se plaignent. Mais d'après certains praticiens ou pharmaciens, les plaintes apparaissent depuis que les médias évoquent cette affaire. Autrement dit un effet nocebo, l'inverse du placebo, qui ferait ressentir aux patients des effets à partir du seul moment où on leur en parle. Cela dit, les professionnels restent tous à l'écoute, mais difficile pour eux de faire la part des choses.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu