Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Lévothyrox : le combat judiciaire s'organise en Ardèche et dans la Drôme

jeudi 26 octobre 2017 à 5:52 Par Maxime Bacquié, France Bleu Drôme Ardèche

Alors que les premières assignations en justice contre le laboratoire Merck, qui fabrique le médicament Lévothyrox, ont été déposées mercredi au tribunal d'instance de Lyon, des milliers de malades de la thyroïde qui n'ont pas supportés la nouvelle formule du médicament continuent de porter plainte.

Paulette (à gauche), qui vit en Ardèche, a souffert des effets secondaires liés selon elle à la nouvelle formule du Lévothyrox. Elle a décidé de porter plainte, aidée par sa fille Sarah (à droite).
Paulette (à gauche), qui vit en Ardèche, a souffert des effets secondaires liés selon elle à la nouvelle formule du Lévothyrox. Elle a décidé de porter plainte, aidée par sa fille Sarah (à droite). © Radio France - Maxime Bacquié

Drôme, France

"J'avais l'impression d'avoir 90 ans". Cet été, Paulette, 64 ans, a vécu un enfer. Cette habitante de la petite commune de Saint-Cierge-la-Serre, près de Privas, en Ardèche, a pris la nouvelle formule du Lévothyrox de mai à septembre et a très vite ressenti des effets indésirables. "Quand je me levais le matin, j'avais mal partout, aux jambes, aux épaules, à la nuque. Je perdais mes mots aussi. Encore aujourd'hui je souffre de ces effets secondaires," raconte Paulette, qui met ces désagréments sur le compte du Lévothyrox et qui a décidé de porter plainte contre le laboratoire Merck, comme des centaines d'autres malades de la thyroïde.

Si les premières assignations en justice ont été déposées mercredi à Lyon, des centaines de malades portent plainte chaque jour, en ce moment, un peu partout en France. Ces plaintes sont ensuite envoyées à des avocats, qui organisent en quelques sortes ce combat judiciaire pour obtenir réparation et faire reconnaître le défaut d'information lié aux effets secondaires imputables à cette nouvelle formule du Lévothyrox.

Les nombreuses étapes avant de porter plainte

L'avocat toulousain qui a déposé les premières assignations mercredi compte plus de 1.200 dossier sur son bureau, et bientôt celui de Dominique Guilloud, qui vit à Bourg-lès-Valence, dans la Drôme, et qui s'est elle aussi décidé à porter plainte. "Il faut d'abord faire un signalement à l'Agence nationale de sécurité du médicament, puis obtenir un certificat médical de son médecin, qui reconnaisse bien l'existence de ces effets secondaires. Ensuite il faut porter plainte, au commissariat de Police par exemple. Et après toutes ces démarches on envoie le dossier à un avocat."

Ce parcours du combattant en dissuade certains. D'autres ne sont tout simplement pas au courant de la possibilité de porter plainte, comme dans les zones rurales, où les personnes âgées peuvent se retrouver isolées. C'est pour cela que des collectifs se sont formés ces dernières semaines, pour aider ces malades dans leurs démarches, les aiguiller et leur fournir le formulaire à remplir pour enclencher le dépôt de plainte. Le collectif Alerte Thyroïde s'est par exemple formé autour d'une avocate marseillaise, qui s'appuie sur des antennes locales dans chaque département. En Ardèche, c'est Sarah Gygax, la fille de Paulette, l'habitante de Saint-Cierge-la-Serre, qui répond bénévolement au téléphone. "J'ai des appels de personnes complètement isolées, qui n'ont pas internet, pas accès aux réseaux sociaux, et j'essaye de les rassurer, de leur dire que oui, on va y arriver, on va réussir à ramener l'ancienne version du Lévothyrox".

- Sarah Gygax, Alerte thyroïde 07 - 04 75 64 25 95 ou sarahlm07@icloud.com

Pénurie d'Euthyrox, un nouveau médicament sur le marché

C'est en effet LA principale préoccupation de ces malades aujourd'hui. Au-delà de l'action judiciaire, importante pour beaucoup de malades, qui veulent être reconnus comme victime, la priorité c'est de trouver un médicament pour soigner la thyroïde qui soit mieux dosé que la nouvelle formule du Lévothyrox. Beaucoup se rabattent sur l'Euthyrox, qui correspond à l'ancienne formule, mais qui n'était plus fabriqué et qu'il a fallu rapatrier en urgence d'Allemagne notamment.

Aujourd'hui les pharmacies sont ravitaillées au compte-gouttes. "Chaque pharmacie reçoit une boîte donc oui, forcément, beaucoup n'en ont plu et on peut parler de pénurie," acquiesce Gilles Bonnefond, président de l'Union des syndicats de pharmaciens de la Drôme. La solution aujourd'hui, c'est l'arrivée sur le marché depuis une dizaine de jours, d'un nouveau médicament, un générique, qui serait mieux dosé et pourrait donc convenir à ceux qui n'ont pas supporté la nouvelle formule du Lévothyrox, qui on le rappelle, convient parfaitement à des milliers de patients