Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Levothyrox : les victimes champardennaises appelées à s'unir

mardi 28 novembre 2017 à 10:41 Par Annelaure Labalette, France Bleu Champagne-Ardenne

Une réunion d'information ce mardi à 19h à la salle municipale St Thierry à Reims. Le collectif de défense des victimes du Levothyrox Champagne-ardenne ainsi que deux avocats répondront aux questions du public. Objectif: recenser les patients qui seraient prêts à agir en justice.

Une boîte de médicament Levothyrox
Une boîte de médicament Levothyrox © Maxppp - Jean-François FREY

Champagne-Ardenne, France

"On est vraiment pris pour des cobayes par les laboratoires pharmaceutiques". Christine Froment est en colère. Cette Auboise, fondatrice du collectif de défense des victimes du Levothyrox champagne ardenne se bat depuis le mois de mars pour que les victimes de la nouvelle formule du médicament (qui soigne les déficiences de la thyroïde) puissent se faire connaître et entendre leur voix.

Depuis plusieurs mois et la création de ce collectif, Christine Froment reçoit des appels et des mails de victimes qui lui parlent des effets secondaires très difficiles à supporter, " beaucoup de femmes, parfois très jeunes, qui se plaignent de migraines, de crampes, de douleurs diverses et qui sont en pleine détresse".

Ce mardi soir, lors de la réunion publique organisée à Reims, Christine Froment expliquera qu'il est important pour les victimes d'effets secondaires de les signaler, de les déclarer aux pharmaciens et sur la plateforme de pharmaco-vigilance mise en place par le gouvernement. Près de 14.633 signalements ont été reçus en quelques jours au début du mois d'octobre par les centres régionaux de pharmaco-vigilance. Cela ne représente que 0,6% des 2,6 millions de patients traités par le Levothyrox nouvelle formule. Mais ce chiffre n'en demeure pas moins inédit car les centres régionaux ont été débordés par les appels de signalement.

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé - Maxppp
L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé © Maxppp - Luc Nobout

Aujourd'hui, seul un médecin généraliste rémois a porté plainte contre X après avoir constaté des effets indésirables chez plusieurs de ses patients qui prennent la nouvelle formule du Levothyrox. "Il est très courageux" confie Christine Froment "car aujourd'hui, il y a les bons et les mauvais médecins et certains nous prennent pour des fous quand on leur dit que le médicament nous rend malade. Mais j'espère que la mobilisation va porter ses fruits. Les gens commencent à se réveiller et c'est très bien, il faut arrêter de fermer les yeux".

Témoignage de Jeanine, marnaise de 77 ans, traitée par la nouvelle formule du Levothyrox

Pour Christine Froment, il est indispensable aujourd'hui que les victimes portent plainte et surtout qu'elles mènent une action en justice car "ce scandale est bien trop grave pour rester les bras croisés" conclut la fondatrice du collectif de défense des victimes du Levothyrox champagne-ardenne.