Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Levothyrox : perquisition au siège du laboratoire Merck, à Lyon

mardi 3 octobre 2017 à 15:13 Par Julien Baldacchino, France Bleu

Une perquisition était en cours, ce mardi, au siège français du laboratoire allemand Merck, à Lyon, dans le cadre de l'enquête sur les effets secondaires de la nouvelle formule.

L'ancienne version de Levothyrox est à nouveau disponible dans le commerce.
L'ancienne version de Levothyrox est à nouveau disponible dans le commerce. © AFP - JACQUES DEMARTHON

Ce mardi, une perquisition a été menée au siège français, à Lyon, du laboratoire allemand Merck, a-t-on appris selon des sources proches de l'enquête. Ce laboratoire est le fabricant du Levothyrox, un traitement soignant la thyroïde, dont la nouvelle formule est accusée par de nombreux plaignants d'avoir des effets secondaires néfastes.

Le laboratoire a confirmé que cette perquisition, "attendue" selon la direction, était en cours et que les équipes y contribuaient "activement". Ce sont les gendarmes de l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (Oclaesp) qui mènent cette perquisition dans le cadre d'une enquête préliminaire pour "tromperie aggravée, atteintes involontaires à l'intégrité physique et mise en danger de la vie d'autrui".

62 plaintes déposées en septembre

Aucune audition ni garde à vue n'a été réalisée pour l'heure par les enquêteurs du pôle de santé publique du tribunal de grande instance de Marseille, qui se sont vu confier l'affaire après que 62 plaintes ont été déposées fin septembre. Plusieurs patients ont accusé la nouvelle formule du médicament d'être à l'origine de crampes, de maux de tête, de pertes de cheveux.

Depuis lundi, l'ancienne version de ce médicament est disponible à nouveau dans le commerce. Mais en très petite quantité, au point qu'une pénurie a rapidement été constatée. Trois millions de Français utilisent le Levothyrox pour soigner leur thyroïde.