Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé - Sciences

Levothyrox : le collectif haut-garonnais VNLO compte "égrener tous les tribunaux un par un s'il le faut"

-
Par , France Bleu Occitanie

Le laboratoire Merck a fait savoir ce jeudi qu'il ne prévoit pas de distribuer l'ancienne formule du traitement pour la thyroïde au-delà de 2018. Le collectif des Victimes du Nouveau Levothyrox en Occitanie (VNLO) entend bien poursuivre son action en justice.

Le médicament contre les troubles de la thyroïde (illustration)
Le médicament contre les troubles de la thyroïde (illustration) © Maxppp - /

Toulouse, France

C'est un nouveau coup dur pour les victimes du Levothyrox : elles devront repasser à l'ancienne version dans un peu plus d'un an. Le laboratoire Merck l'a annoncé jeudi 14 décembre. Il ne prévoit pas de distribuer l'ancienne formule du traitement pour la thyroïde au-delà de 2018. 

"Nous n'allons pas éternellement réimporter", a déclaré le patron du laboratoire en France, Thierry Hulot. L'ancienne version du Levothyrox avait fait son retour en pharmacie début octobre, après une levée de bouclier de milliers de patients atteints d'effets secondaires. Ils sont entre 22 et 25000 recensés en France, selon Merck.

Ce n'est pas possible, on ne peut pas l'entendre! Pourquoi en France Merck a le monopole de cette nouvelle formule ?"        
- Sylvie Chéreau du collectif de victimes en Occitanie 

"Notre bataille sera là : comprendre pourquoi nous en France, on ne peut pas avoir la formule qu'il y a partout en Europe ?", s'indigne Sylvie Chéreau, fondatrice du collectif du Nouveau Levothyrox Occitanie. De son côté, le laboratoire allemand rappelle que cette ancienne formule doit être progressivement remplacée dans l'ensemble des pays européens au cours de l'année.

Le combat judiciaire se poursuit

Le collectif compte bien "égrener tous les tribunaux un par un s'il le faut", prévient Sylvie Chéreau. Dans la région, le tribunal de Grande Instance de Toulouse a donné raison à 25 plaignants qui avaient demandé à Merck de se voir délivrer l’ancienne formule du médicament pour la thyroïde. Celui de Saint-Gaudens rendra sa décision le 26 décembre sur les cas de 40 autres patients. Prochaine étape : Toulouse de nouveau, Castres et Tarbes.  

Un autre collectif de patients emmenés par l'avocat toulousain Christophe Lèguevacques demandera des comptes aux laboratoires Merck lors d'une audience à Lyon mardi 19 décembre. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu