Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

"L'hôpital est à bout de souffle" pour Didier Birig, du syndicat FO Santé

mardi 13 février 2018 à 8:56 Par Cécile Soulé, France Bleu Lorraine Nord

Alors que la ministre de la santé et le Premier ministre présentent ce mardi "un plan de transformation" de l'hôpital, les syndicats hospitaliers dénoncent des structures à bout de souffle, des personnels au bord du burn-out et ils réclament plus de moyens.

L'hôpital Robert Pax de Sarreguemines
L'hôpital Robert Pax de Sarreguemines © Maxppp - Thierry Nicolas

Moselle, France

L'hôpital en France serait au bord du burn-out.  Après les EPHAD il y a quelques semaines, les établissements hospitaliers crient leur mal être : grèves dans certaines villes, mobilisation sur les réseaux sociaux, tribunes dans la presse de directeurs et de médecins. Tous dénoncent un système à bout de souffle, des personnels en souffrances, des économies devenues insupportables, et au bout de la chaîne, des patients qui en subissent les conséquences. Pour tenter de calmer cette colère, le Premier ministre et la ministre de la santé présentent ce mardi une nouvelle « stratégie de transformation de l'offre de soins ».   

Didier Birig,  représentant du syndicat Fo santé (d'abord à l'hôpital de Sarreguemines, et aujourd'hui au niveau national) était ce mardi matin l'invité de France Bleu Lorraine:"L'hôpital a besoin d'être stabilisé, il y en a marre des réformes qui se succèdent. il faut embaucher, titulariser les contractuels (170 000 équivalents temps pleins) pour soulager les services. Le problème, c'est que les directeur d'hôpitaux ont comme consigne de ne faire que des économies. Beaucoup d'hôpitaux ont comme objectif des plans de retour à l'équilibre. Le personnel est donc la seule marge de manoeuvre."  

Didier Birig attend beaucoup de la réforme de la tarification à l'acte, qui calque le budget des hôpitaux sur le nombre d'actes qu'ils réalisent. et qui ne correspond pas au secteur public de la santé.