Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

VIDÉO - À Lille, la Deûle serait-elle en train de devenir un bel aquarium ?

mardi 14 février 2017 à 6:00 Par Cécile Bidault, France Bleu Nord

A Lille, le canal de la Deûle est de plus en plus propre ! Ca ne saute pas aux yeux comme ça, mais un chercheur, qui l'observe depuis 15 ans le constate, photos à l'appui. De nouvelles espèces sont apparues. Un projet est en cours pour mettre au point un robot, afin de mieux explorer le canal.

Banc de perches dans la Deûle.
Banc de perches dans la Deûle. - Photo transmise par Florent Lamiot

Lille, France

Florent Lamiot, écologue, s'est toujours intéressé aux zones du monde les plus polluées. Alors en arrivant à Lille, il s'est installé sur les bords de la Deûle, réputée il y a 40 ans pour être le cours d'eau le plus sale de la planète. Mais voilà qu'au fil des années, il observe des espèces de plus en plus variées, de plus en plus nombreuses, parfois disparues depuis plusieurs centaines d'années. Comme des éponges de la taille d'un avant bras, qu'on trouve dans les lacs les plus purs du monde, des moules zébrées, ou des sortes de coraux. Et même un champignon à lamelles, unique au monde. "Il n'y avait qu'un seul cas connu, découvert en 2005 aux Etats-Unis, mais selon les premières analyses, il ne s'agit pas du même champignon, donc ce serait une nouvelle espèce pour la science, dans la Deûle, à Lille !", s'émerveille le scientifique.

Florent Lamiot, écologue

De l'eau de plus en plus propre

Si ces espèces se développent dans la Deûle, cela signifie que l'eau est de plus en plus propre. Ce petit miracle serait notamment dû au fait que la nappe phréatique remonte, et que le trop plein d'eau soit déversé, non plus dans les égoûts, mais directement dans le canal. "La qualité de l'eau s'améliore, très localement", ajoute Florent Lamiot. "A quelques endroits, quelques oasis s'installent. Je dis à mes amis qu'un jour, ils se baigneront dans la Deûle, ce n'est pas encore tout à fait gagné !", plaisante le scientifique.

Images subaquatiques de la Deûle - Aucun(e)
Images subaquatiques de la Deûle - Florent Lamiot

La photo ci-dessus représente une aselle (crustacé d’eau douce, ici dans la basse-Deûle à la sortie de Lille). Ces invertébrés se nourrissent sur les enrochements disposés le long de certaines berges. C’est une source de nourriture pour diverses espèces de poissons.

Pour aller plus loin dans ses explorations, le scientifique aurait besoin d'un petit robot qui pourrait descendre prendre des clichés au fond de la Deûle. Un projet, baptisé "Ch'ti Plouf", est en cours avec des étudiants de l'Université catholique de Lille. Cédric Devigne, directeur de la recherche des Masters du Rizomm, imagine "un robot hotographe, vidéaste, et altruiste, dans un projet qui se veut collaboratif et éthique". Un financement participatif vient d'être lancé sur la plateforme Ulule.

Ci-dessous, une éponge d’eau douce (Spongilla lacustris), dont la couleur verte est dûe à une symbiose avec une microalgue. C'est l’un des très rares animaux capables de photosynthèse, et il filtre continuellement l'eau.

Une éponge sous la Deûle - Aucun(e)
Une éponge sous la Deûle - Florent Lamiot

Reportage de Cécile Bidault

VIDÉO - Découvrez les richesses de la Deûle

Cette vidéo est extraite du film co-réalisé par Florent LAMIOT (images) et Thomas LEMOINE (montage, son, scénarisation... retrouvez d’autres travaux de réalisation de Thomas Lemoine ICI). Ces extraits proviennent d'un film qui est une compilation des plus belles images faites durant 10 ans de suivi bénévole photo/vidéo d'une partie du bassin de la Deûle-Marque, dans le cadre du projet Ch’ti Plouf.