Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Loi bioéthique : les donneurs de sperme pourraient-ils diminuer à Nantes ?

-
Par , France Bleu Loire Océan

Le projet de loi bioéthique prévoit l'extension de la PMA à toutes les femmes, mais aussi la levée de l'anonymat des donneurs de sperme. Et cette mesure pourrait bien dissuader les donneurs éventuels. La question se pose au CHU de Nantes, qui accueille le centre de dons le plus important de France.

"La levée de l'anonymat du don de sperme est-elle une bonne ou une mauvaise chose ? Seul l'avenir nous le dira", reconnaît le professeur Thomas Fréour.
"La levée de l'anonymat du don de sperme est-elle une bonne ou une mauvaise chose ? Seul l'avenir nous le dira", reconnaît le professeur Thomas Fréour. - Photo CHU de Nantes

L'Assemblée nationale examine, cette semaine, le projet de loi de bioéthique, qui ouvre la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes. Mais le texte prévoit aussi la levée de l'anonymat pour les donneurs de sperme. Si la loi est votée en l'état, les enfants nés grâce à ces dons pourront, à leur majorité, connaître l'identité du donneur. Et cette mesure pourrait avoir des conséquences importantes...

"Est-ce une bonne ou une mauvaise chose ? Seul l'avenir nous le dira", reconnaît le professeur Thomas Fréour, chef du service de médecine de la reproduction au CHU de Nantes. "A ce jour, nous ne savons pas exactement quelles répercussions cela aura sur le nombre de donneurs de sperme."

Un système très encadré

Selon le projet de loi, les donneurs de sperme devront impérativement fournir leur identité, mais en toute sécurité. "Les informations personnelles seront fournies à l'Agence de biomédecine, explique Thomas Fréour. C'est un office gouvernemental qui gérera ces dossiers en toute indépendance. C'est une garantie de confiance pour tout-le-monde."

L'Agence de biomédecine jugera aussi de la demande des jeunes nés grâce à ces dons de sperme, qui souhaitent connaître l'identité des donneurs. Mais attention, cette demande ne pourra pas se faire avant leur majorité.

De nouveaux donneurs sensibilisés ?

L'ouverture de la procréation médicalement assistée aux couples de femmes et aux femmes seules devraient naturellement augmenter les besoins en dons de sperme, mais Thomas Fréour y voit un avantage : "Les amis, les proches de ces femmes seront davantage sensibilisés à cette question du don de sperme, et pourraient ainsi devenir donneurs, à leur tour." 

Le CHU de Nantes compte une cinquantaine de donneurs de sperme par an, ce qui en fait le plus important centre de dons en France.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess