Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Loi Rist : 250 soignants, élus et habitants manifestent devant l'hôpital du Bailleul

Par

Ce jeudi midi, 250 personnes sont rassemblées devant l'hôpital du Bailleul (Sarthe). Soignants, élus et habitants s'inquiètent des conséquences de la loi Rist qui veut plafonner les rémunérations des médecins intérimaires, au risque de les faire fuir.

Des soignants en grève manifestent devant l'hôpital du Bailleul (Sarthe), contre la loi Rist qui prévoit le plafonnement de la rémunération des médecins intérimaires Des soignants en grève manifestent devant l'hôpital du Bailleul (Sarthe), contre la loi Rist qui prévoit le plafonnement de la rémunération des médecins intérimaires
Des soignants en grève manifestent devant l'hôpital du Bailleul (Sarthe), contre la loi Rist qui prévoit le plafonnement de la rémunération des médecins intérimaires © Radio France - Christelle Caillot

A l'appel de l'intersyndicale du Pôle Santé Sarthe et Loir (PSSL), 250 personnes sont rassemblées ce jeudi midi devant l'hôpital du Bailleul (Sarthe). Soignants, élus et habitants dénoncent le plafonnement du salaire des médecins urgentistes et anesthésistes intérimaire prévu par la loi Rist , qui doit entrer en vigueur dans une semaine. Selon les manifestants, ce plafonnement risque de pousser les intérimaires à boycotter les hôpitaux publics pour se tourner vers des cliniques privées. 

Publicité
Logo France Bleu

Une manifestation à Paris envisagée

Francine, 70 ans, habite Parcé-sur-Sarthe. Cette Sarthoise s'est déjà faite opérée dans cet hôpital et elle se dit très inquiète, estimant qu'à son âge elle n'est "pas à l'abri de faire une attaque". La veille, une de ses meilleures amies a fait un AVC. Cette dernière a été transportée à l'hôpital du Bailleul, "sauf que si ça avait été un week-end, elle aurait dû aller au Mans" frémit Francine, qui rappelle que le PSSL doit déjà régulièrement fermer son service des urgences faute de personnel . Pour elle, c'est un très bel hôpital et il ne faut pas que ça disparaisse. Elle est venue manifester ce jeudi pour soutenir les soignants et interpeller les élus.

Francine 70 ans habitante de Parcé-sur-Sarthe dans la manifestation devant l'hôpital du Bailleul © Radio France - Christelle Caillot

J'habite le Bailleul, j'ai fait un infarctus en avril dernier et vu que les urgences étaient fermées, j'ai été opéré à l'hôpital du Mans

Ce n'est pas normal pour Alain qui habite la commune de l'hôpital. Il a fait sa deuxième attaque et il s'inquiète car la prochaine fois, les secours ne pourront peut-être pas le prendre en charge à temps.

De nombreux soignants se sont également mobilisés sur ce journée d'actions comme Christelle. Cette infirmière anesthésiste regrette la dégradation des conditions de travail et le manque de soignants et notamment d'urgentistes dans l'établissements. "On sort d'une crise sanitaire, d'une pandémie, on nous a applaudit et là on constate la paupérisation de notre secteur".

Le docteur Philippe Bourré, médecin à l'hôpital du Bailleul. Il est également président de la commission médicale de l'établissement. © Radio France - Christelle Caillot

Même discours pour le docteur Philippe Bourré, médecin depuis plus de 40 ans et président de la CME, la commission médicale de l'établissement de l'hôpital du Bailleul. 

Quand j'ai commencé mon métier, c'était la voie royale des praticiens, et maintenant l'hôpital n'attire plus

Selon lui, il faudrait faire des états généraux de la santé et peut-être recruter des praticiens à l'étranger.

Plusieurs élus du secteurs étaient également présents ce jeudi devant l'hôpital avec en bandoulière leur écharpe tricolore. Parmi eux, Françoise Farcy, maire de Bousse , une commune de 400 habitants. en tant qu'élue, elle est confrontée tous les jours à des personnes fragiles, parfois seules et isolées. C'est important que nous soyons présents en tant qu'élu sur ce type d'action. 

François Farcy à gauche maire de Bousse avec son écharpe tricolore devant l'hôpital du Bailleul © Radio France - Christelle Caillot

Une autre manifestation est envisagée pour le 4 décembre prochain, mais ce sera à Paris avec le renfort des élus déjà présents ce jeudi devant l'hôpital du Bailleul avec leur écharpe tricolore. 

En attendant, le service des urgences sera de nouveau fermé faute de praticien les nuits du 22 au 27 octobre de 20h30 à 8h30. 

Ma France : Mieux vivre

Après vous avoir interrogés sur les "économies d'énergie", nous avons choisi de nous intéresser à vous, via cette nouvelle consultation citoyenne, lancée avec Make.org . Que faites-vous ou que voudriez-vous faire pour améliorer la qualité de votre quotidien, de votre vie même ? Bien-être, activités physiques, alimentation, activités créatives, voyages, réorientation professionnelle, changement de vie, valeurs familiales, etc. : partagez avec les autres vos bonnes idées, actions et réflexions.

Publicité
Logo France Bleu