Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Loire-Atlantique : de lourdes pertes financières pour les conchyliculteurs à cause du norovirus

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Les ostréiculteurs et les conchyliculteurs de la presqu'île de Guérande espèrent pouvoir reprendre prochainement la vente de leurs coquillages. A cause du norovirus, le virus de la gastro-entérite qui a notamment contaminé les huîtres, la pêche et la vente sont toujours interdites.

Les consommateurs boycottent même les huîtres saines
Les consommateurs boycottent même les huîtres saines © Radio France - Anne Patinec

A cause du norovirus, le virus de la gastro-entérite qui a notamment contaminé les huîtres, un arrêté arrêté préfectoral interdit la pêche et la vente de coquillages dans les secteurs du traict du Croisic et du traict de Pen Bé, à Mesquer et Assérac. Les fortes pluies qui ont engendré de gros problèmes d'assainissement en période d'épidémie de gastro-entérite sont à l'origine de la contamination.  

Les clients se font rares

Sous les halles du marché de Pornichet, les vendeurs de coquillages sont peu nombreux en cette fin janvier. Certains sont en vacances, mais d'autres sont absents car ils ont interdiction de commercialiser leurs produits à cause du norovirus. Et ceux qui sont là attendent désespérément le client alors que leurs huîtres sont saines.

Il y a beaucoup moins de monde. les gens se méfient, posent des questions. Si on est là au marché de Pornichet, c'est que nos huîtres sont saines. On a 40 à 50% de clients en moins". Yannick, ostréiculteur à Saint-Armel dans le Morbihan

Dans le  secteur de Pen Bé, une quinzaine d'entreprises sont concernées par l'interdiction - Radio France
Dans le secteur de Pen Bé, une quinzaine d'entreprises sont concernées par l'interdiction © Radio France - Anne Patinec

A quelques kms de là, à Mesquer, Jean-Luc Retailleau est concerné par l'interdiction sur le traîct de Pen Bé. Depuis presque 3 semaines, il n'a pas vendu une huître, ni aux restaurateurs, ni sur les marchés, ni dans son magasin de vente directe.  L'ostréiculteur qui est aussi vice-président du Comité Régional Conchylicole de Bretagne Sud n'a pas encore chiffré ses pertes, mais il sait qu'elles seront importantes. Dès ce jeudi, il devrait proposer des huîtres de Vendée en vente directe. Mais il est conscient qu'il va falloir du temps pour reconquérir les consommateurs, même si la profession n'est en rien responsable de la contamination.  

Une réunion est prévue la semaine prochaine avec la Communauté de communes de Cap Atlantique pour évoquer le problème de la saturation des réseaux d'assainissement.

Les ostréiculteurs et les conchyliculteurs de la presqu'île de Guérande espèrent que les arrêtés d'interdiction seront prochainement levés. De nouveaux prélèvements doivent être effectués en fin de semaine. Ils souhaitent aussi qu'une réflexion globale sur la qualité des eaux soit menée par les pouvoirs publics. Régulièrement, les professionnels sont victimes de problèmes comme les micro-algues, le dinophysis et maintenant le norovirus qui touchent leur production. Ils craignent qu"à terme leur profession soit menacée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu