Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Loire-Atlantique : vive inquiétude après la découverte de plusieurs cas de cancers pédiatriques à Sainte-Pazanne

vendredi 29 mars 2019 à 14:04 Par Grégory Jullian, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Au moins neuf cas de cancers pédiatriques ont été recensés depuis décembre 2015 dans le secteur de Sainte-Pazanne en Loire-Atlantique. Des parents sont inquiets. Ils viennent de créer un collectif.

Les membres du collectif
Les membres du collectif - GJ

Nantes, France

Pourquoi y a t-il plus de cancers d'enfants dans le secteur de Sainte-Pazanne qu'ailleurs ? C'est la question que se posent plusieurs parents inquiets. Ils viennent de créer le collectif "stop aux cancers de nos enfants" (SCE). Depuis décembre 2015, au moins neuf cas de cancers pédiatriques ont été recensés sur les communes de Sainte-Pazanne, Saint Hilaire-de-Chaléons et Rouans. Depuis, trois enfants sont décédés. 

Depuis  2015, il y a au moins un cas de cancer pédiatrique tous les six mois dans le secteur de Sainte-Pazanne" Johann, membre du collectif

Fin 2015, Marie découvre que son fils Alban, quatre ans à l'époque, est atteint d'une leucémie. Pendant des mois, elle mène le combat et se rend au CHU de Nantes. "Dans le service oncologie, j'ai commencé à croiser des enfants de Sainte-Pazanne que je connaissais, je n'osais même pas les regarder, je me disais que j'hallucinais" précise Marie.  En 2017, elle prévient alors l'Agence Régionale d'Hospitalisation (ARS). "L'ARS a fait une première étude en 2018. Elle reconnait qu'il y a un nombre de cancers pédiatriques plus élevé qu'ailleurs" affirme t-elle.

Les parents interpellent l'Etat

Les parents concernés veulent aujourd'hui que les organismes compétents (ARS, Santé Publique France, préfecture) prennent les choses en main et mènent une étude épidémiologique de terrain pour trouver les raisons qui sont à l'origine de ces cancers pédiatriques.

Je souhaite que les organismes compétents cherchent à tous les niveaux. L'air, le sol, les pesticides, etc. Nous n'incriminons personne. Mais il ne faut pas que cela perdure" Séverine, maman d'un garçon décédé d'un cancer en 2018

Une réunion publique sur ce sujet est prévue à Sainte-Pazanne le 2 mai prochain.