Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Loire : une expérimentation débute pour désengorger les hôpitaux

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Comment désengorger les hôpitaux complètement saturés de patients Covid-19 ? Dans la Loire un test débute aujourd'hui : faire sortir les malades deux jours plus tôt et les envoyer dans une structure de soins.

L'hopital de Saint-Etienne, symbole des établissements qui risquent la saturation.
L'hopital de Saint-Etienne, symbole des établissements qui risquent la saturation. © Maxppp - Charly JURINE

Dans la Loire, où il reste de moins en moins de place dans les hôpitaux, une expérimentation débute ce mardi. Elle va consister à faire sortir plus tôt de l’hôpital des patients Covid, pour les envoyer vers une structure de soins dédiée où ils bénéficieront d’une surveillance médicale. 

Un député de la Loire à la manœuvre 

L’objectif est donc de faire sortir des malades des hôpitaux de Saint-Étienne et Firminy DEUX jours plus tôt, même s’ils sont encore positifs au Covid-19. Ils seront pris en charge quelques jours dans un centre de rééducation, le service de soins de suite et réadaptation de l’hôpital du Chambon-Feugerolles

C'est Julien Borowczyk, député de la Loire mais aussi médecin généraliste qui va assurer cette première semaine de suivi car ce sont des médecins et infirmiers libéraux, de ville, qui s’occuperont de ces patients Covid-19. Cela permettra de soulager les soignants des hôpitaux du département. Dès ce mardi, 12 patients vont être pris en charge, 50 à terme. Si l’expérience est concluante, elle pourrait être étendue à d’autres centres de rééducation de la région ou à des Ehpad.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess