Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

PHOTOS - Lutte contre le cancer : l'Escale, une passerelle entre les traitements et la "vie normale"

mardi 23 janvier 2018 à 5:04 Par Marie Ciavatti, France Bleu Hérault

La Ligue contre le cancer recrute des bénévoles pour ouvrir une nouvelle antenne à Gignac (Hérault), un lieu avec cours de yoga, séances d'esthétique, d'expression artistique ou encore assistance psychologique. Rencontre avec les bénévoles de "l'Escale" de Montpellier.

L'escale à Montpellier a aidé gratuitement plus de 170 personnes l'an dernier
L'escale à Montpellier a aidé gratuitement plus de 170 personnes l'an dernier © Radio France - mc

Gignac, France

On appelle ça des "escales", parce qu'on ne fait qu'y passer. Un an en général, le temps d'affronter un traitement contre le cancer.

La Ligue contre le cancer ouvre une nouvelle "escale bien être" dans le département. Il en existe pour l'instant à Montpellier, Béziers et Bédarieux. Trois centres qui ont épaulé et apporté de l'aide à plus de 370 malades. 

L'association recrute en ce moment des bénévoles pour ouvrir un quatrième centre de ce type à Gignac.

Un lieu de soins et de réconfort

Dans ces escales, tout est gratuit pour les malades et parfois aussi pour leurs proches : cours de yoga, réflexologie plantaire, relaxation, sophrologie, soins esthétiques, conseil alimentaires... 

On prend soin des corps éprouvés par la maladie et les traitements. "C'est une parenthèse, on leur fait oublier la maladie pendant quelques heures" explique Odile Létocart, responsable des actions auprès des malades à la Ligue 34. 

"Ils ont besoin d'activité qui leur permettent de lutter contre la fatigue liée aux traitements, explique Odile. Elles - parce que la plupart des gens qui viennent sont des femmes - disent avoir besoin de se sentir belles. Et puis il y a des personnes qui cherchent l'écoute parce qu'il y a des choses qui se disent ici qu'elles ne disent pas à leur entourage." 

L'escale est un lieu entre le monde médical et la vie du dehors, la vie sans le cancer. C'est une passerelle. On n'y reste en général un an pas plus, le temps d'affronter la rigueur d'un traitement.

"Il y a une vie avant et une vie après le cancer". Odile Létoquart, Ligue contre le cancer

"Ils ont besoin de se centrer sur les traitements. Alors il faut leur faciliter les démarches."

En plus des soins et de l'aide psychologique, une assistante sociale est là à plein temps. 80% des patients qui fréquentent le lieu passent sa porte pour une raison ou pour une autre. Petite question ou gros ennuis. "Les difficultés administratives se cristallisent souvent avec le diagnostic d'une pathologie", raconte Nathalie Borne, l'assistante sociale de cette escale depuis deux ans. 

"Les patients n'ont pas le temps, pas l'envie et pas d'énergie à mettre dans ces démarches qui paraissent très lourdes à assumer. Ils ont besoin de se centrer sur les traitements. Et en même temps si certaines démarches ne sont pas faites en temps et en heure, ça peut être très dommageable. Donc il faut leur faciliter les démarches et les dégager pour qu'ils se centrent sur autre chose."

Nathalie Borne, assistante sociale de l'Escale à Montpellier

80% des personnes qui fréquentent l'escale passent la porte de l'assistante sociale Nathalie Borne.  - Radio France
80% des personnes qui fréquentent l'escale passent la porte de l'assistante sociale Nathalie Borne. © Radio France - M. Ciavatti

À l'accueil, Annie et Nicole, bénévoles une demi-journée par semaine. Elles vous reçoivent avec le sourire, avec un café si vous le souhaitez, prennent les rendez-vous. Et surtout, elles écoutent et réconfortent. Elles ont été spécialement formées pour ça. 

"Pas de jugement, pas de morale."

Annie, dont la fille a souffert d'un cancer, donne depuis de son temps à la Ligue. "Quand on apprend un cancer on est noyé par les infos, par l'angoisse. Le but c'est que les gens qui viennent ici repartent un peu moins angoissés. Il y a de l'échange, du sourire. Pas de jugement, pas de morale." Entre ces murs, joliment décorés, on ne parle pas forcément du cancer d'ailleurs. "Si on veut... Mais rien n'y oblige", dit Annie. 

"Quand on apprend un cancer, on est noyé par l'angoisse". Annie, bénévole

Se bouger c'est aussi chasser les idées noires

Ce matin là, vers midi la séance de relaxation se termine. Le cours d'une heure est donné par Agnès, une professionnelle bénévole. Petit comité: trois "élèves", parmi lesquels Eliane et Jacques. Eliane est arrivée ici avec son mari malade. Il a succombé depuis à ce cancer, mais Eliane continue à venir, pour tenir. "ça aide à se détendre. Chez soi on ne prend pas le temps"

Pour Jacques c'est une manière de "chasser les idées noires. Au lieu d'être chez moi enfermé et malgré mes problèmes de santé, ça fait du bien de bouger". Une technique spécialement adaptée à la pathologie rappelle, Agnès, la prof. "On travaille sur la respiration. On permet au corps de se détendre, ce qui permet de sa relâcher au maximum".  Une technique de gestion du stress comme une autre, dit-elle.

Cours de sophrologie. MOment de détente pour Eliane et Jacques.

Cours d'une heure de relaxation et sophrologie - Radio France
Cours d'une heure de relaxation et sophrologie © Radio France - MC

Si ce projet de centre vous intéresse, la Ligue contre le cancer organise une réunion d'information ce mardi soir à Gignac, à 18h à la mairie, salle des mariages. Pour toute autre info, appelez la Ligue 34 au 04.67.61.31.31 à Montpellier.

Le centre tourne avec une vingtaine de bénévoles, comme Annie et Nicole - Radio France
Le centre tourne avec une vingtaine de bénévoles, comme Annie et Nicole © Radio France - mc
L'Escale propose des séances de socio-esthétique, pour estomper les marques laissées par la maladie et les traitements.  - Radio France
L'Escale propose des séances de socio-esthétique, pour estomper les marques laissées par la maladie et les traitements. © Radio France - MC
La salle réservée aux séances d'esthétique - Radio France
La salle réservée aux séances d'esthétique © Radio France - MC
Le cabinet de réflexologie et d'hypnose de l'Escale - Radio France
Le cabinet de réflexologie et d'hypnose de l'Escale © Radio France - MC