Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Maladie de Lyme : des recommandations pour améliorer le diagnostic et le traitement présentées ce mercredi

-
Par , France Bleu

Des médecins présentent à la Haute autorité de santé des pistes pour améliorer la prise en charge des malades après une piqûre de tique infecté. Car malgré l'identification de nombreux nouveaux cas, les associations de patients estiment qu'il y en a beaucoup plus, souvent mal diagnostiqués.

Le nombre de nouveaux cas de malades de Lyme a atteint 104 cas pour 100.000 habitants l'an dernier, contre 69 auparavant.
Le nombre de nouveaux cas de malades de Lyme a atteint 104 cas pour 100.000 habitants l'an dernier, contre 69 auparavant. © Maxppp - GAETAN BALLY

France

Des recommandations pour mieux diagnostiquer et traiter la maladie de Lyme. Des médecins les présentent ce mercredi 10 juillet 2019 à la Haute autorité de santé. Le ministère de la Santé s'alarme face aux nombreux nouveaux cas : 67 000 l'an dernier, soit 20 000 de plus qu'en 2017. Ce serait même beaucoup plus d'après les associations de patients. Depuis 2 ou 3 ans, cette maladie provoquée par une piqûre de tique infecté par la bactérie Borrelia est sous le feu des projecteurs, mais reste difficile à identifier par le corps médical et les patients continuent de se sentir démunis. 

Tout part d'une piqûre de tique 

Quand on est piqué par un tique infecté, on observe d'abord sur la piqûre une petite bosse rouge, puis une plaque ronde et chaude qui s'étend autour, généralement une semaine après. On se sent fatigué, fiévreux, on a des frissons. Et si on reste sans traitement pendant plusieurs semaines voire plusieurs mois, ça peut devenir plus grave. 

Dans ce cas-là, ça peut devenir douloureux, invalidant. On a du mal à sortir du lit le matin, à respirer parfois. On a mal aux muscles, aux articulations, et ça peut aller jusqu'aux problèmes neurologiques, comme une méningite ou une paralysie d'un côté du visage. 

Aujourd'hui le problème reste le diagnostic de cette maladie, difficile à établir pour les médecins. Car tous ces symptômes ressemblent à ceux d'autres maladies. Deux tests sanguins existent malgré tout, les Western-Blot et le Élisa, mais leur résultat peut varier. 

Évitez d'être piqué 

La prévention est privilégiée pour éviter d'être piqué, dans les bois et les parcs, surtout pendant la saison, entre le printemps et l'automne. Couvrez-vous le plus possible, rentrez votre pantalon dans les chaussettes, portez des vêtements blancs pour que les tiques soient plus visibles. Ne faites pas de sieste sous un arbre d'où tombent les insectes, utilisez des répulsifs anti-tiques et n'oubliez pas de vérifier votre corps après une promenade.

Le ministère de la Santé désigne cinq centres de référence pour prendre en charge les malades de Lyme : Clermont-Ferrand associé à celui de Saint-Etienne, Marseille, Rennes,  Strasbourg (associé à celui de Nancy) et le Groupe hospitalier intercommunal de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) associé au CHU de Créteil.