Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Maladie de Lyme : une Lorraine souhaite que les autorités reconnaissent sa maladie

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Sandrine a subi l'errance du diagnostic. Des mois de souffrance sans qu'on ne sache mettre un nom sur les maux qui la rongeaient. C'est finalement la maladie de Lyme, mais les autorités Françaises ne reconnaissent pas le diagnostic.

La maladie de Lyme peine a être reconnue par les autorités sanitaires francaises
La maladie de Lyme peine a être reconnue par les autorités sanitaires francaises © Maxppp - MaxPPP

Nancy, France

Comme des milliers de patients en France, Sandrine, une Lorraine d'une quarantaine d'années souffre de la maladie de Lyme. La maladie de Lyme est transmise par une morsure de tique, et si elle n'est pas soignée rapidement, elle peut entraîner des complications graves sur les articulations, le cerveau ou le cœur. 27.000 nouveaux cas sont révélés chaque année en France.

VOIR AUSSI - VIDÉO - Tiques et maladie de Lyme : comment les éviter

Sa maladie, Sandrine peine à la faire reconnaître auprès des autorités françaises. Elle a été diagnostiquée en Allemagne grâce à un test positif à la maladie de Lyme, en France elle est reconnue fibromyalgique. Chez elle la maladie s'est déclenchée après un simple rhume traité par antibiotiques.

J'ai dû être infectée il y a très longtemps mais ça ne s'est déclenché qu'après un rhume. Au départ c'était comme une grippe qui ne passe pas, des courbatures à tous les membres, je ne pouvais plus marcher, j'avais des douleurs insupportables, des maux de tête. Les symptômes se sont aggravés et les douleurs ont atteint le haut du corps, la mâchoire puis les yeux..."

Pendant un an elle souffre et les médecins ne savent pas à quoi sont dues ses douleurs. Elle a fait le test Elisa, le test recommandé par les autorités françaises pour détecter la maladie de Lyme, mais ce dernier se révèle négatif. Sur les conseils de son médecin elle fait un test allemand de dépistage de la même maladie qui lui est positif.

Un test inefficace ?

C'est le problème soulevé par l'association Lyme sans frontières, le test Elisa ne serait pas fiable et ne permettrait de diagnostiquer que 30% des malades de Lyme. C'est l'objet de la plainte qui va être déposée par 70 patients contre le laboratoire BioMérieux qui fabrique ces tests. Conséquences pour Sandrine : comme elle n'est pas diagnostiquée en France, son traitement n'est pas remboursé.

Je dois tout payer de ma poche, antibiotiques et huiles essentielles. Mais ce n'est pas logique, il y a des malades qui ne peuvent pas se soigner. Même à mon niveau, je suis obligée de faire l'impasse sur certains traitements."

Une situation inadmissible pour l'association Lyme sans frontières. Des tests efficaces existent notamment en Allemagne, mais selon Marie Claude Perrin, la présidente de l'association, "si on utilisait ces tests en France, ce serait une manière de remettre en cause ceux qui existent. Il y a probablement de gros intérêts de laboratoire derrière qu'on ne mesure pas bien".

L'association Lyme sans frontières incite les malades à rejoindre les patients qui portent plainte contre le laboratoire qui commercialise le test Elisa. Me Julien Fourey et Me Catherine Faivre, les deux avocats vosgiens qui ont lancé la "Lyme action" (nom donné à leur action collective), disent recevoir cinq nouveaux dossiers de plaignants par jour.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu