Santé – Sciences

Malaise des infirmiers dans les Landes : "des tentatives de suicides à l'hôpital" selon la CGT

Par Jules Brelaz, France Bleu Gascogne mercredi 14 septembre 2016 à 4:00

La Coordination nationale infirmière a déposé un préavis de grève pour ce mercredi 14 septembre 2016.
La Coordination nationale infirmière a déposé un préavis de grève pour ce mercredi 14 septembre 2016. © Maxppp - Maxppp

Après la vague de cinq suicides d'infirmiers cet été en France, la Coordination nationale infirmière appelle à la grève ce mercredi pour dénoncer la dégradation des conditions de travail. Reportage au centre hospitalier de Mont-de-Marsan qui "vit des situations très difficiles" selon la CGT.

"Le travail, c'est la santé" dit un célèbre dicton. A l'hôpital public, "c'est tout l'inverse" répond la CGT du centre hospitalier de Mont-de-Marsan. Le syndicat soutient l'appel à la grève lancé par la Coordination nationale infirmière ce mercredi 14 septembre.

La CNI a déposé un préavis de grève après les suicides de cinq infirmiers cet été à Toulouse, au Havre, à Saint-Calais, près du Mans et à Reims. Un phénomène "extrêmement préoccupant" selon Marisol Touraine, la ministre de la Santé a promis pour l'automne de nouvelles mesures contre les risques psycho-sociaux à l'hôpital. Des annonces jugées insuffisantes par la CNI.

"Des tentatives de suicides à Mont-de-Marsan"

Sophie Dudous, infirmière et déléguée CGT à l'hôpital de Mont-de-Marsan tire la sonnette d'alarme. "Il y a eu des tentatives de suicides au centre hospitalier pour burn-out et il y en aura d'autres".  "Faux" répond la direction.

Il y a eu "une" difficulté sur un cas mais qui s'est passé à l'extérieur de l'établissement

"Je m'inscris complètement en faux sur le fait qu'il y ait eu "des" tentatives de suicides au sein de l'établissement, il y a eu "une" difficulté sur un cas mais qui s'est passé à l'extérieur de l'établissement et on est en train d'étudier les raisons de ce fait" explique Christian Cataldo, le directeur du centre hospitalier de Mont-de-Marsan.Une enquête du CHSCT est toujours en cours pour déterminer les circonstances de ce drame.

"Des agents hospitaliers sous traitements"

Le malaise est bien réel selon Rachelle, une aide-soignante (CGT), traumatisée par les suicides survenus cet été en France. "On oublie pas que ça peut arriver à Mont de Marsan, des gens qui ne sont pas bien, qui prennent des traitements pour venir au boulot, et il y en a énormément"

Les pouvoirs publics jouent avec le feu

"Mont-de-Marsan vit des situations très très difficiles de burn-out de personnel, une enquête du CHSCT qui a eu lieu l'année dernière a montré que le risque de passage à l'acte était marqué. Il y a un vrai problème, les pouvoirs publics  sont dans le déni total, ils attendent les drames pour réagir" déplore Marc Bruneau, masseur-kinésithérapeute et membre CGT du CHSCT du centre hospitalier de Mont-de-Marsan.

"Stop à l'hôpital public bashing"

En réponse à la CGT, la direction de l'hôpital de Mont-de-Marsan rappelle avoir augmenté les effectifs de 85 postes depuis deux ans. "Nous avons mis en place les préconisations du CHSCT comme par exemple un pool de remplacement pour renforcer les équipes d'infirmiers et d'aides-soignants en cas d'absence" affirme Christian Cataldo. Pour résorber la précarité, trois cents emplois intérimaires vont par ailleurs être titularisés (100 chaque année). "Moi je renvoie la balle aux organisations syndicales, qu'on arrête un peu avec la direction bashing et à l'hôpital public bashing."

Partager sur :