Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Malgré le confinement, "continuez à vous faire dépistez" alertent les médecins en Haute-Vienne

-
Par , France Bleu Limousin

Malgré l'épidémie de coronavirus et le confinement, il est important de ne pas renoncer aux examens de dépistage des cancers. C'est le message du Centre de coordination des dépistages de cancer en Nouvelle-Aquitaine. Sa représentante en Haute-Vienne était l'invitée de France Bleu Limousin.

Le dépistage est très important car le cancer fait encore de très nombreux morts en France
Le dépistage est très important car le cancer fait encore de très nombreux morts en France © Maxppp - Philippe NEU

C'est une crainte partagée par l'ensemble du corps médical. Avec le confinement, de nombreux Français renonceraient à se faire soigner. Ils renonceraient également au dépistage des cancers du sein, du col de l'utérus ou encore des cancers colo-rectaux. C'est pourquoi le centre de dépistage des cancers lance un appel, relayé ce vendredi matin sur France Bleu Limousin. 

Le premier confinement terrible en la matière

Si les médecins ont cette crainte, c'est que le confinement du mois de mars 2020 a été dévastateur. En Nouvelle-Aquitaine, il a provoqué le report ou l'annulation de 24% des mammographies, soit 47 650 examens en moins. C'est également le cas des cancers colo-rectaux, où 37 311 tests en moins ont été réalisés. C'est 16% des tests effectués en 2018.

"Le dépistage permet de diagnostiquer précocement des lésions cancéreuses ou pré-cancéreuses complètement asymptomatiques, donc de sauver des vies" assure le docteur Sandrine Lavau-Denes, responsable en Haute-Vienne du CRCDC-NA. "Actuellement, il n'y a aucune restriction" pour se faire dépister, explique la médecin. "Les précautions sont prises. Les temps d'attente ont été un peu rallongés" mais c'est pour assurer la sécurité sanitaire. 

L'impact du confinement sur le nombre de décès liés au cancer difficilement quantifiable

L'effort est à faire maintenant pour éviter de voir une surmortalité lié aux cancers dans quelques années. "Les effets [du confinement] ne se verront qu'à long terme" explique Sandrine Lavau-Denes. _"S_elon une étude de l'Inserm, on risque d'avoir une surmortalité des cancers à cinq ans de 2 à 5%. On ne connait pas l'impact du retard au dépistage, mais il va y en avoir un" souligne la responsable du CRCDC en Haute-Vienne. "D'où l'importance d'être acteur dès maintenant"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess