Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Faute d'infirmier, une maman s'arrête de travailler pour s'occuper de son fils diabétique

jeudi 24 août 2017 à 5:00 - Mis à jour le jeudi 24 août 2017 à 10:58 Par Nolwenn Quioc, France Bleu Occitanie et France Bleu

Malgré un message Facebook vu plus de 5.000 fois, Laure Mazillier est désespérée : elle n'a pas réussi à trouver d'infirmier pour son fils diabétique pour la rentrée. Faute de mieux, elle a décidé d'arrêter de travailler pour s'occuper de Tristan à la rentrée.

En général, les enfants sont autonomes pour se faire des injections d'insuline lorsqu'ils arrivent au collège
En général, les enfants sont autonomes pour se faire des injections d'insuline lorsqu'ils arrivent au collège © Maxppp -

Cela fait tout juste un mois que Laure a lancé son message sur Facebook : "Maman désespérée cherche infirmier pour la rentrée". En octobre 2016, son fils Tristan a été diagnostiqué diabétique de Type 1. Il doit recevoir 3 injections d'insuline par jour. Commence alors une longue recherche pour trouver un infirmier d'accord de lui prodiguer les soins. "J'ai fini par trouver un infirmier pour lui faire la piqûre le midi à l'école, explique-t-elle. Comme moi et mon mari travaillons tous les deux, mon père s'est gentiment proposé pour faire les piqûres le matin et le soir".

Le message de Laure a été vu près de 5000 fois sur Facebook - Radio France
Le message de Laure a été vu près de 5000 fois sur Facebook © Radio France -

Mais pendant ces vacances d'été, les choses se sont compliquées : "L'infirmier m'a annoncé qu'il ne pouvait plus prendre Tristan en charge. Et mon père n'est plus disponible pour faire les piqûres du matin et du soir, ce que je peux comprendre. La famille ne peut pas dépanner tout le temps."

Aucun infirmier disponible pour faire trois injections d'insuline par jour

Laure contacte alors l'hôpital de Purpan qui suit Tristan, les cabinets d'infirmiers et les associations qui aident les familles de diabétique : en vain. Aucun infirmier ne veut s'engager à faire les trois piqûres quotidiennes de Tristan.

"Les infirmiers ne sont pas dans le secteur, ou alors ils ont déjà des tournées bien remplies" - Laure Mazillier, la mère de Tristan

"Il y en a qui me disent qu'ils ne sont pas dans le secteur, détaille Laure, surtout qu'on habite un village, Montbrun-Lauragais, qui est un peu dans la campagne. Ça aussi c'est un problème. Et après d'autres me disent qu'ils ont déjà leur tournée de faite, et ils ne peuvent pas prendre la responsabilité de venir à une heure fixe. S'ils sont en retard, ça peut mettre mon fils en péril".

Diabète : la galère pour trouver un infirmier

Le congé sans solde, une solution provisoire

Une seule solution : prendre un congé sans solde jusqu'en octobre, le temps de trouver un autre arrangement. "Heureusement mon entreprise est compréhensive" souffle Laure. Mais la galère risque de recommencer en novembre. Tristan doit se faire poser une pompe à insuline, qui lui permettra de mieux réguler son diabète, mais il est encore trop petit pour la gérer tout seul.

Un cas très rare

Heureusement, ce genre de cas est très rare, expliquent les associations de diabétiques. "La plupart du temps, on trouve un infirmier dans nos listings" explique Corinne Colmel, directrice adjointe de l'association toulousaine Enfance Adolescence Diabète. "Notre but c'est d'aider les familles pour qu'elles soient le moins impactées par le diabète, et d'amener l'enfant vers l'autonomie pour qu'il soit moins dépendant de l'extérieur". L'association a été en lien avec la mère de Tristan, mais n'a pas pu trouver de solution.