Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

À Mamers, dans la Sarthe, des dépistages du coronavirus sans rendez-vous face à la flambée de l'épidémie

-
Par , France Bleu Maine

Des dépistages du coronavirus sans rendez-vous : les opérations se multiplient pendant les vacances à Mamers, alors que la situation sanitaire se dégrade largement depuis 15 jours. En raison des clusters en hôpital et dans les Ehpad notamment, le nord Sarthe subit une flambée des nouveaux cas.

Toute la journée, les habitants ont patienté devant le barnum de la Protection Civile pour se faire dépister
Toute la journée, les habitants ont patienté devant le barnum de la Protection Civile pour se faire dépister © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Éviter que le coronavirus ne circule toujours plus vite à Mamers et plus largement dans le Maine Saosnois : c'est pour cette raison que des opérations de dépistages sans rendez-vous sont organisées pendant les vacances, à la demande de la mairie. Dans le Maine Saosnois, il y avait entre le 9 et le 15 décembre 335 nouveaux cas pour 100.000 habitants, contre 137 au niveau départemental, soit plus du double.

Ce lundi, la Protection civile a accueilli une foule d'habitants sans discontinuer sur le parking de la place de la République. L'opération doit être renouvelée le lundi 28 décembre. La pharmacie Mailliart place Carnot va aussi organiser des opérations de tests antigéniques ce mardi et mercredi.

Quelle circulation du virus ?

"On assiste depuis deux semaines à une flambée des cas dans notre secteur, notamment en raison des clusters à l'hôpital et dans nos maisons de retraite, très touchées lors de cette deuxième vague, explique le maire Frédéric Beauchef. Ça fait grimper mécaniquement les taux d'incidence. On organise deux journées coups de poing pour le dépistage afin d'avoir une idée de la circulation du virus plus largement dans la population." "On en entend parler", souffle Thierry, venu se faire tester avec sa femme et son fils. "A priori, _la deuxième vague porte plus sur Mamers_".

Pour inciter la population à se faire dépister, le sans rendez-vous est déterminant, même si cela signifie patienter sous la pluie. "Ça fait bien une heure et demi, lance Patricia, mais je suis en congés donc j'ai le temps. Le fait que ce soit proche du domicile, c'est pratique." Autrement, seul l'hôpital et un laboratoire permettent de se faire tester à Mamers même. "Malgré les laboratoires aux alentours, les gens viennent sur notre centre éphémère, la demande reste élevée, estime Sihame Titcomb de la Protection civile. Ils n'arrivent pas forcément à avoir des rendez-vous sur les créneaux qu'il leur faut."

Les habitants de Mamers ont défilé ce lundi au centre de dépistage de la Protection Civile
Les habitants de Mamers ont défilé ce lundi au centre de dépistage de la Protection Civile © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Dépistages pour les fêtes

Organiser ces dépistages pendant les fêtes est aussi un moyen d'inciter davantage les habitants à venir. "On voit une _hausse du nombre de personnes qui se font tester ces derniers jours avec l'arrivée de Noël_, précise Sihame Titcomb. Les gens nous le disent, on se fait tester avant de voir la famille". D'ordinaire, les centres de dépistage éphémères de la Protection civile sillonnent le département sur les fins de semaine : en ce moment, ils ont été avancés du lundi au mercredi, afin que chacun puisse avoir ses résultats avant Noël ou le jour de l'An. 

"Simple contrôle avant Noël, acquiesce Jean-Paul, au cas où". "Je vais voir une personne à risque pendant les fêtes, explique Vanessa. J'avais fait un test antigénique il y a dix jours, mais je préfère faire un PCR qui est plus fiable du coup." "On reçoit les enfants en fin de semaine, donc on a décidé de tous se faire tester, ajoute Yveline. On sait très bien que là, ça va flambler avec ce brassage de fin d'année."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess