Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Manifestation des soignants à Nice : "Je suis médecin à l'hôpital et je manifeste pour la première fois"

-
Par , France Bleu Azur

Elles sont infirmières, puéricultrices, aide-soignantes,médecins... une nouvelle fois les professionnels de santé du public et du privé descendent dans la rue à trois jours de la fin du Ségur de la Santé. A Nice, près de 300 personnes se sont rassemblées place Masséna pour des hausses de salaires.

Manifestation de soignants à Nice de l'hôpital Lenval
Manifestation de soignants à Nice de l'hôpital Lenval © Radio France - Violaine ILL

Sur la place Masséna de Nice ce mardi 20 juin le rassemblement des soignants est particulièrement bruyant et la litanie des demandes se répète sans interruption depuis un mois : "Nous sommes en colère", "nous voulons des salaires décents, du personnel supplémentaire pour les hôpitaux".

À trois jours de la fin du Ségur de la santé, les habitués des manifestations de la CGT et de FO-Santé ont été rejoints par des soignants du secteur privé car "on n'aura pas droit à la prime COVID".

Dans le rassemblement une femme-médecin en blouse blanche : "Je manifeste pour la première fois car l'augmentation de 3 % pour les médecins n'est pas acceptable... pour les 60 heures faites par semaine... On nous avait pourtant promis des mesures fortes quoiqu'il en coûte !" Elle ajoute : "Il faut augmenter les salaires des médecins à l'hôpital car les jeunes ne viennent plus et les plus âgés s'en vont."

À côté, une infirmière en cancérologie qui travaille à Cannes se désole "Je ne veux plus travailler dans les conditions actuelles. Je n'ai plus le temps de parler aux malades. L'annonce d'un cancer à un patient est un moment délicat et nous ne pouvons plus le faire par manque de temps."

Le secrétaire départemental de FO Santé ne cache pas que les attentes des soignants sont toujours immenses. Ils veulent des hausses de salaires et pas une simple prime. Et sur les négociations entamées entre les partenaires de la santé et le gouvernement, Michel Fuentes veut encore y croire :

"Je n'imagine pas que le Ségur débouche sur rien ou sur du vide".

FO a prévu une action le 14 juillet pour les victimes de l'attentat de Nice et pour les victimes du Covid-19.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu