Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Marcel Rufo : "Les enfants peuvent se coucher à 21h30 aux beaux jours"

lundi 4 juin 2018 à 18:21 Par David Aussillou, France Bleu Provence

À un mois des grandes vacances, les enseignants s'inquiètent des couchers tardifs des élèves. Le célèbre pédopsychiatre marseillais Marcel Rufo préfère dédramatiser.

Marcel Rufo encourage les parents à passer des soirées avec leurs enfants
Marcel Rufo encourage les parents à passer des soirées avec leurs enfants © Maxppp -

Marseille, France

Dans une classe de CE1 d'une école au nord d'Aix-en-Provence,une enseignante vient d'alerter les parentssur leur carnet de liaison. "Nous les  trouvons fatigués et démotivés", écrit l'institutrice à propos des élèves. À l'approche de l'été, les soirées sur les plages et les apéros tardifs rallongent considérablement les journées.  Les enfants se couchent donc plus tard.

"L'ennemi pour l'enfant, c'est plutôt la tablette." - Marcel Rufo, pédopsychiatre.

Le pédopsychiatre marseillais Marcel Rufo n'y voit rien de grave. "Les enfants doivent aussi avoir des moments avec leurs parents, dit-il. "Leur dire "va te coucher à 20h", ça n'est pas une éducation raisonnable". 

Des élèves fatigués et déconcentrés

Marcel Rufo estime que l'idéal est de mettre les enfants au lit à 21h30 quand les jours rallongent. Selon lui, "l'ennemi, ce n'est pas le manque de sommeil. C'est plutôt la tablette, la télé et les jeux vidéos"

Dans une école du 1er arrondissement de Marseille, Emmanuelle, l'une des enseignantes repère pourtant des élèves fatigués : "Je vois des grandes bouches ouvertes, des yeux aussi marqués et tirés, confie-t-elle à la sortie des classes. Et puis pas d'écoute. Pas de concentration." Un constat qui n'inquiète pas le célèbre pédopsychiatre. "Les maîtresses ne sont pas des neurologues, dit-il. Il y a aussi des enfants inattentifs qui se couchent tôt".