Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Match de foot sauvage à Strasbourg : tous les participants et spectateurs doivent se faire dépister

Suite au match de football entre deux quartiers ce dimanche 24 mai à Strasbourg, la préfete du Bas-Rhin et l'Agence régionale de santé demandent aux organisateurs et participants de venir se faire dépister au Parlement européen. Le but étant d'éviter un nouveau foyer épidémique.

A Strasbourg, un match de football avec des centaines de spectateurs malgré les mesures de restriction dues au Covid-19.
A Strasbourg, un match de football avec des centaines de spectateurs malgré les mesures de restriction dues au Covid-19. - Capture d’écran Snapchat

"Il nous faut à tout prix éviter un nouveau cluster". La préfète du Bas-Rhin, Josiane Chevalier, a exprimé ce mardi 26 mai sa vive inquiétude suite au match de football opposant deux quartiers à Strasbourg dimanche dernier où 400 personnes étaient réunies. Cet événement est "incompréhensible, irresponsable et gravissime".

Dépistage au Parlement européen sans rendez-vous au préalable dès jeudi

De ce fait, avec le soutien de l'ARS, elle souhaite "protéger tous les participants". Elle les invite tous à se faire dépister. L'accueil au Parlement européen de Strasbourg qui s'est transformé en centre de dépistage sera élargi dès jeudi. Ils peuvent se présenter sans avoir pris rendez-vous, muni simplement de leur carte vitale. Leur anonymat sera préservé, ils ne seront pas identifiés par les policiers. "Ce n'est pas un piège" assure Josiane Chevalier. "Notre sujet numéro un est sanitaire" dit-elle, alors que le Bas-Rhin a déjà payé un lourd tribut à l'épidémie de Covid-19, avec plus de 1.000 décès. 

Adeline Jenner, déléguée territoriale de l’Agence régionale de santé, appelle également tous ceux qui étaient au stade Paco-Mateo à porter un masque, à bien se laver les mains et ne pas avoir de contacts physiques.

Une enquête pour identifier les organisateurs

A ce jour, personne n'a été interpellé dans le cadre de l'enquête ouverte dimanche pour violation de l'arrêté de fermeture des stades. Yolande Renzi, procureure de la République de Strasbourg, "souhaite identifier non pas chacun des participants, mais d’identifier les organisateurs principaux et toutes les complicités dont ils auraient pu bénéficier pour permettre un tel rassemblement". Les responsables risquent 6 mois de prison et une amende de 7.500 euros.

La préfète du Bas-Rhin estime que "ce match a donné un mauvais signal". Ces dernières 24 heures, la police nationale a du intervenir à plusieurs reprises pour disperser des jeunes qui s'étaient regroupés à 20 ou 30.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess