Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Maternité de Die : le préfet de la Drôme face aux élus et les habitants pendant près de deux heures

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Le préfet de la Drôme Hugues Moutouh était ce jeudi à Die dans la Drôme pour participer au conseil communautaire de la communauté de commune. Il était accompagné du directeur de l'agence régionale de santé. Une question centrale : quelle offre de soin pour le Diois dans les prochaines années ?

Le préfet de la Drôme a répondu aux questions des élus et des habitants pendant près de deux heures.
Le préfet de la Drôme a répondu aux questions des élus et des habitants pendant près de deux heures. © Radio France - Victor Vasseur

Die, France

Une heure et demie de questions-réponses dans une salle polyvalente pleine, devant des élus et des habitants du Diois. Le préfet se tient d’abord debout. Quand on l'interpelle, il répond, le micro au bout des doigts et la main gauche dans la poche. Mais ce sont des réponses floues déplore Philippe Leeuwenberg, le président du collectif de défense de l'hôpital de Die. Lui a l'impression de revenir trois ans en arrière : "On nous annonçait la fermeture de la maternité déjà en 2017, avec toutes les mesures exceptionnelles qu’ils allaient prendre. Aujourd’hui, on nous a sorti exactement le même discours. Rien n’a évolué.

Philippe Leeuwenberg, le président du collectif de défense de l'hôpital de Die. - Radio France
Philippe Leeuwenberg, le président du collectif de défense de l'hôpital de Die. © Radio France - Victor Vasseur

L'instant le plus marquant reste la prise de parole devant le public face au préfet de Fabrice Martinez, le père d'Aimé, ce bébé mort in utero en février dernier. Au micro, il accuse : "Que ferez-vous quand ma femme sera de nouveau enceinte ? J'aperçois que vous n’avez rien fait et que vous cherchez toujours des solutions." Il confie, quelques minutes plus tard : "C’était une conférence de presse. Nous allons repartir et nous n’aurons rien de concret. C’est indétectable."

A côté de Fabrice, Sébastien prend des notes. Cet habitant de Chatillon en Diois renchérit : "Je m’attendais à ce genre de discours, évasif. C’est le point final du sabotage de l’hôpital de Die. _On voit que le dialogue à ses limites dès que la salle pointe des dysfonctionnements ou qu’il y a des questions dérangeantes_. "

Le préfet de la Drôme a répondu aux questions des élus et des habitants pendant près de deux heures. - Radio France
Le préfet de la Drôme a répondu aux questions des élus et des habitants pendant près de deux heures. © Radio France - Victor Vasseur

Pas de réouverture de la maternité assure le préfet

Hugues Moutouh répète qu’une réouverture n’est pas envisageable : "Cette maternité n’a pas fermé pour des raisons financières, mais pour des questions de sécurité. On ne peut pas laisser sur le territoire une maternité qui n’apporte pas des soins sécurisés."

Le préfet de la Drôme a répondu aux questions des élus et des habitants pendant près de deux heures.  - Radio France
Le préfet de la Drôme a répondu aux questions des élus et des habitants pendant près de deux heures. © Radio France - Victor Vasseur

Le préfet rappelle également que le taux d’accouchement à domicile est 25 fois supérieur à la moyenne nationale. De son côté, le directeur de l'Agence Régional de Santé, Yves Grall, précise qu'un nouvel hôpital sera construit à Die d'ici 4 ans.