Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Maternité de Die : Le tribunal administratif de Grenoble rendra sa décision le 28 décembre

vendredi 22 décembre 2017 à 20:09 Par Victor Vasseur, France Bleu Drôme Ardèche

C’est l'opération de la dernière chance pour le collectif de défense de la maternité de Die. Ce vendredi, le tribunal administratif de Grenoble examinait le recours déposé contre la fermeture de l'établissement. Le service chirurgie est lui aussi sur la sellette.

Quelques membres du collectif de défense de la maternité de Die sont venus assister à l'audience à Grenoble.
Quelques membres du collectif de défense de la maternité de Die sont venus assister à l'audience à Grenoble. © Radio France - Victor Vasseur

Drôme, France

"Vous êtes notre dernier espoir". L'avocate du collectif de défense de la maternité de Die n'a cessé de le répéter lors de l'audience ce vendredi au Tribunal Administratif de Grenoble.

De son côté l'Agence Régionale de Santé rappelle que la maternité n'est plus aux normes, qu'il manque du personnel comme un pédiatre

Depuis le début de l’année, 117 enfants sont nés à la maternité de Die. Ce n'est pas assez selon l'ARS : "Le personnel de la maternité peut perdre la main" affirme son avocat. Argument que réfute Maître Lucile Stahl, elle défend le collectif : "Les gynécologues qui exercent à Die travaillent aussi dans de gros centres hospitaliers ou bien dans des cabinets libéraux. Ils pratiquent assez !"

Philippe Leeuwenberg est le président du collectif de défense de la maternité de Die. - Radio France
Philippe Leeuwenberg est le président du collectif de défense de la maternité de Die. © Radio France - Victor Vasseur

Sans maternité et sans chirurgie, "des femmes sont en danger."

Une dizaine de Diois sont venus assister à l'audience comme Philippe Leeuwenberg, le président du collectif de défense de la maternité de Die : "l'ARS ne prend pas en compte les réalités du terrain. On ne demande pas à un plombier de faire de l'électricité, on ne demande donc pas à un médecin de faire des accouchements."

Maxime, 37 ans, a fait le déplacement. Comme le collectif, sa compagne a déposé un recours. Elle est enceinte de 8 mois. Ils habitent Marignac-en-Diois. 

"On est très inquiet à l’idée de venir à Valence, le fait qu’elle pourrait accoucher sur la route. S’il y a de la neige, on sera bloqué et les ambulances auront le même problème." Maxime, un futur papa.

Si la décision de l'ARS est suspendue, c'est un premier sursis pour la maternité qui pourrait continuer à exercer son activité. D'autres juges trancheront dans les mois qui viennent. 

Le tribunal administratif rendra sa décision le 28 décembre. Le même jour, une nouvelle manifestation sera organisée juste devant les grilles de la sous-préfecture.