Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences DOSSIER : La mobilisation des habitants contre la fermeture de la maternité du Blanc dans l'Indre

Maternité du Blanc : la mission d'audit préconise la fermeture définitive du site

lundi 1 octobre 2018 à 20:16 - Mis à jour le lundi 1 octobre 2018 à 20:21 Par Jonathan Landais, France Bleu Berry, France Bleu Poitou et France Bleu

DOCUMENT FRANCE BLEU BERRY. La mission d'audit lancée par l'Agence régionale de santé Centre-Val de Loire préconise la fermeture de la maternité du Blanc. La décision définitive devrait être prise d'ici fin octobre.

Les manifestants devant l'Hôpital du Blanc.
Les manifestants devant l'Hôpital du Blanc. © Radio France - Gaëlle Fontenit

Le Blanc, France

Les quatre experts mandatés début septembre par l'ARS, l'Agence régionale de santé pour dire si oui, ou non la maternité du Blanc peut rouvrir, ont remis leurs conclusions ce lundi soir à la direction de l'hôpital. Et le couperet est tombé : les experts préconisent la fermeture du site, comme l'atteste le document que France Bleu Berry a pu consulter.

Extrait du rapport en page 14. - Radio France
Extrait du rapport en page 14. © Radio France - Jonathan Landais

Des consultations mais pas d'accouchements

C'est écrit noir sur blanc dans le rapport de seize pages : la mission d'audit préconise "la fermeture définitive de la maternité du Blanc et son remplacement par un centre périnatal de proximité avec le recrutement d'un gynécologue obstétricien pour porter le projet". Un centre périnatal, ce qui veut dire des consultations pour le suivi de grossesse, comme des échographies ou des séances d'acupuncture, mais en aucun cas un lieu où les femmes pourraient accoucher, il faudrait toujours aller à Châteauroux, Poitiers, Châtellerault ou Limoges.

Comment les experts en sont-ils arrivés à cette conclusion ?

D'après le rapport, les experts ont auditionné en un mois seize personnes : des élus, du personnel médical, paramédical, des associations... et selon leurs conclusions "les effectifs de la maternité du Blanc sont insuffisants" et "les perspectives de recrutement trop incertaines". Le rapport cite notamment les infirmiers anesthésistes dont "le recours à l'intérim médical est important".

Extrait du rapport en page 9. - Radio France
Extrait du rapport en page 9. © Radio France - Jonathan Landais

Les experts soulignent également "l'absence d'un coordinateur d'équipe pour les gynécologues obstétriciens", ce qui ne permet pas "le déploiement d'une stratégie de service", ou encore "l'absence de cadre sage-femme (au sein de la maternité) depuis fin 2016".

Baisse des accouchements depuis huit ans

Le rapport pointe enfin la baisse régulière du nombre d'accouchements au Blanc depuis 2009, une baisse de 36% en 8 ans. Le nombre d'accouchements, selon les experts, est passé de 400 à 255, avec une projection à 266 naissances en 2018. Ce repli s'explique par la baisse démographique et le vieillissement de la population sur le bassin du Blanc. Améliorer le recrutement ne servirait à rien, écrivent en substance les experts, ce n'est pas ça qui, selon eux, fera augmenter l'activité.

Extrait du rapport en page 4. - Radio France
Extrait du rapport en page 4. © Radio France - Jonathan Landais

Des préconisations qui restent à valider

La décision ferme et définitive concernant la fermeture, ou non, de la maternité du Blanc ne sera pas prise avant la fin octobre. La Directrice du Centre Hospitalier Evelyne Poupet doit soumettre au débat les préconisations des experts devant les quatre instances de l'établissement (le directoire, le comité médical d'établissement CME, le comité technique d'établissement CTE avec les organisations syndicales et le conseil de surveillance présidé par Gil Avérous, le maire de Châteauroux).

Chaque instance rendra ensuite un avis, et ce n'est qu'au terme de ce processus que sera rendue la décision. Toutes ces instances doivent se réunir dans le courant du mois d'octobre. Le calendrier des différentes réunions n'est pas encore connu.