Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences DOSSIER : La mobilisation des habitants contre la fermeture de la maternité du Blanc dans l'Indre

Maternité du Blanc : vers une démission collective de maires et d'adjoints le 11 octobre prochain

jeudi 4 octobre 2018 à 16:37 Par Jonathan Landais, France Bleu Berry et France Bleu Poitou

INFO FRANCE BLEU BERRY. Les maires et les adjoints du département qui ont choisi de démissionner pour protester contre la menace de fermeture de la maternité du Blanc iront remettre leur courrier de démission en Préfecture le jeudi 11 octobre prochain à partir de 18h.

Les élus brennous lors d'une manifestation au Blanc le 15 septembre dernier.
Les élus brennous lors d'une manifestation au Blanc le 15 septembre dernier. © Radio France - Aurore Richard

Le Blanc, France

C'est une certitude : il y aura des démissions de maires la semaine prochaine pour protester contre la fermeture redoutée de la maternité du Blanc. Reste à savoir combien d'élus vont rendre leur écharpe tricolore. La maire du Blanc Annick Gombert l'avait confirmé sur France Bleu Berry mardi : elle va proposer sa démission. "L'idée est effectivement de proposer ma démission et la démission de l'ensemble de mon conseil municipal (...) c'est une action choc pour montrer qu'on existe et qu'il faut arrêter de nous mépriser".

Déjà une dizaine de maires démissionnaires ?

Depuis cette annonce, d'autres maires de l'Indre lui ont emboîté le pas, c'est le cas de Laurent Laroche, le maire de Bélâbre. Il nous confirme qu'il va lui-aussi démissionner. "Aujourd'hui je vous dis, moi à titre personnel, oui, je démissionne, mais je ne peux pas m'engager pour mes adjoints (au nombre de trois NDLR)". Selon nos informations, Jean-Louis Camus, le maire de Mézières-en-Brenne va également rendre son écharpe avec ses quatre adjoints. Les maires de Ruffec et Saint-Michel en Brenne seraient prêts à faire de même.

"En tant qu'élu, le seul moyen qu'il me reste de protester c'est de démissionner" (maire de Bélâbre)

D'après la maire du Blanc, à ce jour, "au moins une dizaine de maires" de l'Indre serait prêts à démissionner, sans compter les adjoints. D'autres attendent de connaître l'ampleur du mouvement avant de se prononcer : "si c'est un effet de masse, oui, si c'est pour se retrouver à cinq, non; pour moi il faut qu'il y ait entre 30 et 50 démissions pour que cela représente quelque chose", confie le maire d'une petite commune brennouse qui préfère rester anonyme.

Une date a déjà été arrêtée pour aller remettre les lettres de démission en Préfecture : ce sera jeudi prochain, le 11 octobre, à partir de 18h. Une manière de faire pression sur le Conseil de surveillance de l'hôpital de Châteauroux qui se tiendra quatre jours plus tard, le 15 octobre. C'est en effet ce jour-là que sera prise de manière définitive de fermer, ou non, la maternité du Blanc. D'ici là le comité de Défense espère créer une action de masse avec des démissions d'élus en nombre important.

Que se passe-t-il en cas de démissions ?

Selon nos informations, à compter de la date de dépôt des démissions, le Préfet de l'Indre a ensuite deux mois pour accepter ou refuser la démission des élus. S'il ne donne pas de réponse au bout de deux mois, les élus doivent reformuler leur demande avec recommandé et accusé de réception, et le Préfet dispose alors d'un nouveau délai d'un mois pour rendre sa décision.

Faut-il ensuite provoquer de nouvelles élections ? Si le maire démissionne de sa fonction mais reste conseiller municipal, non. En revanche, s'il manque un seul conseiller municipal, il faut refaire une élection complémentaire, précise l'article L 270 du Code électoral. Pour l'élection d'un maire, le conseil municipal doit en effet être complet. Le PNR de la Brenne compte au total 56 communes, mais le bassin de vie de la maternité du Blanc en compte beaucoup plus.