Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Médecine parallèle : "Les vérités d'aujourd'hui risquent de ne pas être celles de demain"

lundi 29 août 2016 à 11:06 Par Stéphane Parry, France Bleu Bourgogne

Il existe plus de 400 pratiques thérapeutiques différentes. Alternatives ou complémentaires, ces thérapies sont parfois décriées par les médecins traditionnels. Faut-il craindre les rebouteux ou autres magnétiseurs ? Jean-Pierre Moureaux. Le président du conseil de l'Ordre des médecins répond.

Jean-Pierre Moureaux, président du Conseil de l'Ordre des médecins invité de France Bleu Bourgogne
Jean-Pierre Moureaux, président du Conseil de l'Ordre des médecins invité de France Bleu Bourgogne © Radio France - Stéphane Parry

Dijon, France

Stéphane Parry : qu'est-ce qui distingue un médecin, d'un thérapeute?

Jean-Pierre Moureaux : la médecine comporte trois phases : le diagnostic, les droits et devoirs des médecins, c'est à dire tous ce qui concerne la sécurité sociale et enfin le traitement de la maladie. Je n'utiliserai pas le terme de médecine pour un acte qui n'est pas délivré par un médecin. Dans ce cas, c'est le terme de thérapie ou traitement qui convient le mieux. Seul le médecin est habiliter à établir un diagnostic.

Donc un thérapeute n'est pas un médecin ?

Non, même si il a fait une ou deux années d'étude. En aucun cas le thérapeute recherche les causes de la maladie. Un ostéopathe n'est pas forcément un médecin. Pour beaucoup d'entre-eux, ils ont des compétences relatives. Ils sont par exemple kinésithérapeutes.

Et pourtant, ces thérapeutes exercent en toute liberté !

Les kinésithérapeutes ont une tutelle morale à travers l'ordre professionnel. Les autres thérapeutes (environ 400 catégories, NDLR) n'ont aucune organisation professionnelle pour vérifier leur honnêteté et leur compétence. N'importe qui peut du jour au lendemain visser une plaque quelconque, personne ne vous dira rien.

Pourtant de plus en plus de patients ont recours aux thérapies. Est-ce qu'il faut y voir une forme de résistance de la part des médecins ?

Il ne devrait pas y en avoir. Les deux formes de médecines sont complémentaires. Elles doivent cohabiter. Le médecin doit être capable de diriger son patient vers un thérapeute.

Les thérapeutes sont-ils tous des charlatans ?

Non.

Vous y croyez à ces thérapies ?

Oui, la sciences montrent parfois l'avantage de certaines thérapies que l'on rejetait jusqu' alors. Dans notre métier, il faut conserver une humilité. La connaissance médicale ne cesse d'évoluer. Nos vérités d'aujourd'hui risquent de ne pas être celles de demain.