Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Médecins en vacances, patients qui s'adaptent

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Un médecin généraliste qui part en vacances et pour les patients, tout est dépeuplé. Ou presque. Les professionels tentent de trouver des solutions. Ils dirigent les patients vers un confrère ou trouvent un remplaçant. Charge aux patients de s'adapter.

Les médecins qui partent en vacances orientent souvent leurs patients vers des confrères.
Les médecins qui partent en vacances orientent souvent leurs patients vers des confrères. © Maxppp - Gérard Houin

Une journée de consultations bien chargée avant le départ en vacances. C'est ce qui attend le docteur Franck Roung qui est installé boulevard d'Haussonville à Nancy. "Il y a une petite surcharge de travail par rapport à une période habituelle de vacances scolaires qui est toujours la plus calme. _Tous les étés, on a des patients qui sont en panne de médecins, dont on n'est pas le médecin traitant désigné et qu'on dépanne_. Cela concerne 1 ou 2 patients par journée. C'est absorbable au quotidien", explique le médecin généraliste.  

Des habitudes à changer

Cet été, une ex-interne prend le relais du docteur. Une opportunité qui n'est pas accessible à tous les médecins. En effet, faute de remplaçants, certains cabinets doivent fermer leurs portes en attendant la fin des vacances du professionnel de santé. Les patients doivent alors se diriger vers un confrère ou prendre leur mal en patience. 

Une poignée de récalcitrants

La patientèle du docteur Roung côtoie régulièrement ses remplaçants. Que ce soit le médecin habituel ou un autre, cela ne change rien pour Marcel qui a rendez-vous chaque mois chez le docteur. "Les vacances ne me dérangent pas. J'aime bien que les habitudes d’auscultation puissent changer", dit-il. A en croire Annie, il arrive que les remplaçants n'aient pas la même écoute que le docteur. Elle reste attachée à son médecin. "On ne peut pas discuter comme on veut. On sait qu'il faut prendre les remplaçants qui sont des jeunes. Mais quand on veut parler, la personne en face ramène sa science, alors on ne dit rien", rappelle Annie qui n'en fait pas une généralité. Selon le docteur, il existe encore des récalcitrants, des irréductibles capables de rester quinze jours sans traitement. Mais c'est une minorité.       

Choix de la station

À venir dansDanssecondess