Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Médecins : le numerus clausus sera relevé une nouvelle fois en 2017, de 11%

jeudi 24 novembre 2016 à 12:36 Par Marina Cabiten, France Bleu

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a annoncé jeudi à l'Assemblée un relèvement généralisé du nombre de médecins à former, avec 478 places supplémentaires, soit une augmentation de 11% s'ajoutant à la hausse décidée il y a un an pour certaines régions.

Marisol Touraine annonce l'assouplissement du numerus clausus à l'Assemblée
Marisol Touraine annonce l'assouplissement du numerus clausus à l'Assemblée © Maxppp - Leon Tanguy

"Je vous annonce que le numerus clausus sera augmenté de 478 places supplémentaires dans 22 facultés, soit une augmentation de 11%", a déclaré la ministre de la Santé Marisol Touraine ce jeudi, dans l'hémicycle. Le but : lutter contre les déserts médicaux.

Le "numerus clausus" détermine le nombre d'étudiants accédant à une deuxième année des études médicales. Pour "mieux prendre en compte les choix géographiques d'installation", Marisol Touraine a indiqué également que "de nouvelles règles de zonage vont se mettre en place" afin de "répondre à la situation des zones aujourd'hui sous-dotées, mais aussi de mieux anticiper celles qui peuvent le devenir".

Entre autres mesures, elle a aussi affirmé qu'elle allait "proposer des dispositions (nécessairement législatives), qui permettront de traiter la situation des médecins qui n'ont pas soutenu leur thèse dans les temps et souhaitent exercer la médecine". Parallèlement au bilan, "dans les prochaines semaines", de la politique menée depuis le début du quinquennat de François Hollande, une mission parlementaire sur la démographie médicale "permettra de faire un point, et le cas échéant d'aller plus loin", a encore dit la ministre.