Infos

Dans l'Indre, pharmaciens et médecins devraient s'entendre pour organiser les gardes

Par Justine Dincher, France Bleu Berry mercredi 5 octobre 2016 à 12:20

(Image d'illustration)
(Image d'illustration) © Maxppp - Jean Francois FREY

Ce serait une première en France, d'après le syndicat des pharmaciens de l'Indre. Les pharmaciens du département ont demandé à s'accorder avec les médecins pour assurer les tours de garde. Objectif : la pharmacie de garde devra être située à proximité du cabinet du médecin d'alerte.

Finis les plans galères ? En campagne, quand les habitants sont malades le week-end, il faut souvent courir à droite et à gauche pour trouver un médecin de garde, puis une pharmacie de garde. Les deux sont souvent éloignés l'un de l'autre. Mais les choses devraient changer dans les prochains mois. Médecins et pharmaciens pourraient s'entendre pour organiser leurs week-ends d'alerte.

Le planning des médecins de garde a changé

Dans l'Indre, la situation est devenue d'autant plus compliquée depuis le début du mois de juillet : le planning des médecins de garde, des docteurs réquisitionnés sur la base du volontariat, a changé, sans prendre en considération celui des pharmacies de garde. La carte des différents secteurs ne correspond plus du tout.

Les patients sont souvent obligés de faire de nombreux kilomètres pour se soigner. "J'étais de garde il y a un mois, j'ai eu des patients qui avaient besoin d'une consultation et les seuls médecins de garde que j'ai pu leur conseiller se situaient à Tournon-Saint-Martin à 35 kilomètres et à Saint-Denis-de-Jouet à 40 kilomètres !", regrette Jocelyne Wittevrongel, pharmacienne à Saint Gaultier, présidente du syndicat des pharmaciens de l'Indre.

Le syndicat des pharmaciens du département s'en est plaint auprès de l'Agence Régionale de Santé. "Maintenant, il va falloir que nous nous synchronisions", explique Jocelyne Wittevrongel, "nous allons avoir un rendez-vous à l'ARS et j'espère que nous trouverons un accord pour que le médecin de garde et le pharmacien ne se situent pas très loin de l'autre". D'après la présidente du syndicat, c'est une histoire de bon sens : "c'est plus facile d'appeler son confrère médecin qui se situe dans un rayon de 5-6 kilomètres, nous avons nos habitudes de prescription !".

Bientôt un accord historique dans le département ?

Depuis toujours, les médecins de garde sont réquisitionnés sur la base du volontariat. C'est l'ARS qui se charge ensuite d'organiser les plannings. Du côté des pharmaciens, toutes les officines sont obligées de participer à ces week-ends et c'est le syndicat qui s'occupe de l'organisation.

"Ce serait vraiment une première en France si nous parvenons à nous coordonner ensemble. Nous devons apprendre à travailler ensemble, je suis persuadée que nous y arriverons", espère Jocelyne Wittevrongel. Le syndicat aimerait parvenir à un accord pour une mise en place au mois de janvier 2017. "En 2018, nous serons au top !", promet la pharmacienne de Saint Gaultier.

L'Agence Régionale de Santé indique de son côté que le projet est effectivement en cours de maturation.

Partager sur :