Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Mesures de restriction pour les huîtres, les moules et les palourdes de l’étang de Thau

vendredi 9 mars 2018 à 16:43 Par Salah Hamdaoui, France Bleu Hérault et France Bleu

Le préfet de l’Hérault a décidé de suspendre provisoirement la récolte et la commercialisation des huîtres, des moules et des palourdes de l’étang de Thau à cause du novovirus, cause la plus courante des gastro-entérites aigües. Cela concerne les coquillages récoltés après le 15 février 2018.

Les restrictions concernent les huîtres, les moules et les palourdes récoltées après le 15 février 2018
Les restrictions concernent les huîtres, les moules et les palourdes récoltées après le 15 février 2018 © Radio France -

Étang de Thau, France

À la suite de plusieurs cas déclarés de toxi-infections alimentaires collectives dues à une consommation d’huîtres en provenance de l’étang de Thau, des analyses sur les coquillages ont démontré la présence de norovirus. 

C’est la raison pour laquelle le préfet de l’Hérault a décidé d'interdire provisoirement la récolte et la commercialisation des huîtres, des moules et des palourdes en provenance de ce secteur de production. 

Gastro-entérites aigües

L'interdiction concerne les huîtres, les moules et les palourdes récoltées après le 15 février 2018. Si elles proviennent d'un autre lieu de production, il n'y a aucun risque.

Le norovirus est la cause la plus courante des gastro-entérites aigües dont les symptômes apparaissent dans les six à 48 heures suivant la consommation. 

Sa présence est liée aux intempéries, aux pluies abondantes de la semaine dernière, qui ont fait déborder certaines stations d'épuration.

Les personnes qui auraient consommé les coquillages en question et qui présenteraient ces symptômes sont invitées à consulter leur médecin traitant. 

L'interdiction sera levée le 15 mars au plus tôt

Il est également demandé aux personnes qui en détiendraient de ne pas les consommer et de les rapporter au point de vente. En cas de doute, renseignez-vous auprès de votre poissonnier habituel pour savoir si le produit acheté est concerné par l’alerte.

Cette mesure temporaire sera levée dès lors que les conditions de sécurité sanitaire seront réunies pour une réouverture de la zone de production. A priori, il faut compter 28 jours à partir du 15 février.