Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Métiers du grand âge : des aide-soignantes pas convaincues par la suppression du concours

-
Par , France Bleu Bourgogne

Les métiers du grand âge n'attirent pas. À l'occasion d'un rapport remis au gouvernement pour résoudre le problème, des aide-soignantes ou ex-aide-soignantes dijonnaises racontent leur quotidien et doutent de l'utilité de supprimer le concours d'entrée.

Comment rendre les métiers d'aide aux personnes âgés plus attractifs ?
Comment rendre les métiers d'aide aux personnes âgés plus attractifs ? © Maxppp -

Dijon, France

Comment rendre les métiers d'aide aux personnes âgées plus attractifs ? Un rapport réalisé par l'ancienne ministre du Travail Myriam El Khomri a été remis à la ministre de la Santé Agnès Buzyn ce mardi. Le gouvernement lancera "une grande conférence sociale" autour des métiers du grand âge "d'ici la fin de l'année", avec des conclusions attendues pour début 2020.

Supprimer le concours serait une erreur !

Parmi les mesures proposées par le rapport : supprimer le concours d'aide-soignant pour relancer le recrutement. Ce serait une erreur selon Claudine, qui travaille à la FEDOSAD, association qui propose des services d'accompagnement et de soins à domicile notamment pour les personnes âgées en Côte-d'Or : "C'est pas que un métier de bras ! C'est un métier où il faut être un peu psychologique et le profil du candidat doit être validé à l'écrit et à l'oral, il faut savoir à qui on a affaire."

"C'est pas que un métier de bras !" - Claudine, qui travaille à la FEDOSAD,

Géraldine, aide-soignante à domicile de 44 ans, pense la même chose. La priorité, selon elle, serait de mieux armer les aide-soignants, faire évoluer la formation, la mettre en phase avec les personnes âgées qui vivent de plus en plus longtemps et apprendre aux aide-soignants à identifier pathologies et symptômes :

On assure le confort et le bien-être, mais il faut savoir diagnostiquer, mettre en sécurité la personne et donner l'alerte !

Revaloriser les salaires

La question de la revalorisation des salaires est centrale. Selon la DREES (Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques des ministères sociaux), près de 2 intervenants à domicile sur 10 vivent aujourd'hui sous le seuil de pauvreté. Tout ça sur fond de conditions de travail difficiles :

Je pèse 50 kilos toute mouillée, mes patients pèsent le double !

Son diplôme d'aide-soignante en poche à 21 ans, Arlène a tenu moins d'un an avant de jeter l'éponge : elle a craqué physiquement. Arlène touchait en moyenne entre 1.200 et 1.300 euros net pour des semaines à rallonge, jusqu'à 70 heures, et se sentant désarmée face à certaines pathologies lourdes.

Reportage avec des aide-soignants - Auteur : Olivia Cohen

Géraldine, elle, a choisi ce métier. C'est une reconversion après 15 ans dans la banque et le commerce. Géraldine se sent épanouie, elle parle même de métier passion mais elle n'aurait pas pu se permettre cette reconversion sans le salaire de son mari : "Quand je travaillais dans la banque, je gagnais au moins 500 euros de plus, cette reconversion a eu un impact sur ma famille."

Pas assez de candidats

Au total, pour remplacer les départs à la retraite et accompagner le vieillissement de la population, Myriam El Khomri estime qu'il faudrait former chaque année 70.000 personnes, 2 fois plus qu'aujourd'hui.

Aujourd'hui, les agences spécialisées dans l'aide à domicile travaillent à flux tendu. Béatrice Semain gère une équipe de 230 employés pour 1.600 patients. Au moindre arrêt-maladie, il faut jongler avec les plannings :

On a mis en place une équipe de «roulantes», des aides polyvalentes qui peuvent débarquer au pied levé en cas d'arrêt maladie de leur collègue

À l'heure actuelle, 60.000 postes notamment d'aides-soignants et d'aides à domicile sont vacants en France.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu