Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Michèle Victory touchée par le coronavirus : "j'ai déjà eu des grippes, celle-ci n'est pas plus mauvaise"

La députée socialiste du Nord Ardèche, Michèle Victory, a été dépistée positive au coronavirus ce lundi. Elle est hospitalisée à Aubenas pour 14 jours. Mais elle va "plutôt pas mal".

La nouvelle députée de l'Ardèche, Michèle Victory, à sa permanence à Annonay
La nouvelle députée de l'Ardèche, Michèle Victory, à sa permanence à Annonay © Radio France - Florence Gotschaux

MichèleVictorya découvert lundi qu'elle avait le coronavirus, mais elle n'a pas de complications. "Ça va plutôt pas mal" témoigne t'elle par téléphone depuis l'hôpital d'Aubenas, "j'ai déjà eu des grippes. Celle-ci n'est franchement pas plus mauvaise, on va dire, pour l'instant : des grosses courbatures, mais assez peu de fièvre et quelques petits symptômes. Vraiment, ça va plutôt pas mal."

Pourquoi une hospitalisation? "Il était question de refaire des tests pour revoir à quel moment le virus est vraiment éteint" souligne la députée. "Finalement, je pense qu'il n'y aura pas d'autre test. Le centre à Lyon, qui dépiste, est très surchargé. Pour le coup, ça veut sûrement dire que je vais rester 14 jours à l'hôpital. C'est le délai pour que le virus ne soit plus là".

"On se sent un peu en cage" isolée dans la chambre d'hôpital 14 jours

Michèle Victory ne sort pas de sa chambre d'hôpital, les soignants y rentrent le moins possible. Pas droit aux visites. Mesures de confinement : "c'est vrai qu'on se sent un peu en cage. Mais après, voilà, je comprends bien. Il n'y a pas de soins particuliers non plus. Un peu d'aspirine quand on a trop mal. Il faut juste laisser passer le temps. C'est exactement comme pour la grippe, pour les personnes qui n'ont pas de gros problèmes. pour les personnes fragiles, le suivi est différent. Pour les personnes lambda comme moi, il n'y a pas grand chose à faire, hormis protéger les autres."

L'Assemblée Nationale a signalé à Michèle Victory qu'elle avait le droit de travailler de chez elle ou de l'hôpital. Mais ce n'est pas aussi évident : "j'arrive à lire un peu, mais après, je ne peux pas vous dire que je suis en pleine forme quand même. En plus, je n'ai pas trop eu le temps de prendre mes dossiers. Il fallait que je fasse assez vite quand l'ambulance est venu me chercher. Donc j'ai des bouquins et j'essaie de reprendre des forces. Je travaillerai quand je rentrerai chez moi, parce que je ne peux pas dire quand même que je suis dans une forme éclatante."

Il n'y a pas de séance à l'Assemblée jusqu'au 22 mars : "j'avais prévu de travailler à un rythme un peu plus tranquille pendant cette suspension, en prenant le temps, bah c'est raté! Je suis une spécialiste des accidents sur les temps de vacances!" lâche dans un sourire Michèle Victory. La députée votera par procuration pour le premier tour des municipales, et espère être sortie d'affaire pour le second.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu