Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Le Moi(s) sans tabac en Bretagne, un succès auprès des fumeurs

mardi 31 octobre 2017 à 6:02 Par Marion Aquilina, France Bleu Breizh Izel

La deuxième édition du Moi(s) sans tabac débute le mercredi 1er novembre 2017. L'année dernière, 180 000 personnes se sont inscrites sur le site tabac-info-service.fr dont près de 12 000 Bretons.

Deuxième édition du Moi(s) sans tabac en France, capture d'écran du site tabac-info-service.fr
Deuxième édition du Moi(s) sans tabac en France, capture d'écran du site tabac-info-service.fr -

Bretagne, France

"La première édition fut un large succès, on veut faire encore mieux cette année", ce sont les mots de l'ambassadrice de Moi(s) sans tabac en Bretagne, Nathalie Le Garjean. En Bretagne, les organisateurs avaient parié sur 7 000 participants. À l'arrivée, ils étaient 11 733 fumeurs bretons à s'être inscrits.

"Il faut essayer plusieurs fois d'arrêter pour y arriver"

Les fumeurs qui souhaitent arrêter de fumer sont invités, dans le cadre du Moi(s) sans tabac, à s'inscrire sur la plate-forme tabac-info-service.fr. En 2016, 180 000 personnes se sont inscrites en France. En Bretagne, il semble que les participants les plus nombreux étaient originaires du Finistère et d'Ille-et-Vilaine. Pour la deuxième édition, les organisateurs veulent faire encore mieux.

L'ambassadrice du Moi(s) sans tabac en Bretagne, Nathalie Le Garjean, explique : "Un mois, c'est la durée nécessaire pour que le cerveau se déshabitue à la cigarette." Elle précise tout de même que ce n'est pas forcément suffisant pour arrêter de fumer : "Parfois, pour certains fumeurs, il faut compter 6 mois à un an de sevrage. En réalité, il faut souvent essayer plusieurs fois d'arrêter pour que ça marche."

Une manière de déculpabiliser et de dédramatiser. Une vague sur laquelle surfe le gouvernement. Dans les spots publicitaires de la campagne de 2017, le mot d'ordre est de ne pas arrêter seul, de faire ça en équipe, idem sur le groupe Facebook "Les Bretons #moissanstabac". Aujourd'hui certains fumeurs reconnaissent que l'augmentation du prix du paquet à 10€ prévue pour fin 2020 les a décidés à arrêter de fumer.