Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Santé – Sciences

Moins de mortalité due au cancer en Auvergne-Rhône-Alpes, mais plus de cancers de la thyroïde

lundi 28 janvier 2019 à 3:01 Par David Meilhac, France Bleu Drôme Ardèche

Santé Publique France vient de publier une cartographie des cancers en France. Un outil statistique intéressant, si on possède les clés pour la lire.

Le hall de consultation du centre de cancérologie Léon Bérard à Lyon
Le hall de consultation du centre de cancérologie Léon Bérard à Lyon - Marie-Laure Luca

Valence, France

Ce sont des centaines de pages, pour chaque région de France, dans lesquels sont indiqués tous les cas de cancer ou presque, entre 2007 et 2016. Une bible statistique pour les chercheurs, même s'il faut se méfier des conclusions trop hâtives.

Mortalité inférieure à la moyenne en Auvergne-Rhône-Alpes

Première information intéressante : la sous-mortalité des habitants de notre région : moins 4% de victimes du cancer par rapport à la moyenne nationale. Sommes-nous en meilleure santé qu'ailleurs ? Pas forcément, estime le Dr Thomas Mognetti, chef du département "médecine nucléaire" au centre de cancérologie Léon Bérard à Lyon. En revanche, Auvergne-Rhône-Alpes fourmille de spécialistes en cancérologie, dans de nombreux hôpitaux ou centres dédiés. La proximité avec ces centres permet aux habitants d'Auvergne-Rhône-Alpes d'être pris en charge plus rapidement, ou plus efficacement. Autre information, à creuser cette fois : les habitants d'Auvergne-Rhône-Alpes seraient aussi plus responsables peut-être, si on regarde les bons chiffres en terme de cancers du poumon, de la lèvre, du larynx, du pharynx ou de l'oesophage. Des maladies liées au tabac et à l'alcool, qui peuvent laisser entendre que la consommation est moindre chez nous. Mais cela reste à vérifier.

Le docteur Thomas Mognetti, chef du département Médecine Nucléaire à Léon Bérard (Lyon) - Aucun(e)
Le docteur Thomas Mognetti, chef du département Médecine Nucléaire à Léon Bérard (Lyon) - J. Céa

Le cancer, danger toujours très présent

Le cancer reste un fléau difficile à endiguer, chez nous comme ailleurs : chez les moins de 65 ans, la maladie reste la première cause de mort prématurée. Et ici aussi, plus de la moitié des cancers concernent quatre zones que les patients peuvent et doivent surveiller : le colorectal, le sein, la prostate, et le poumon.

L'entrée du centre Léon Bérard à Lyon - Aucun(e)
L'entrée du centre Léon Bérard à Lyon - Marie-Laure Luca

Tchernobyl, pas responsable des cancers de la thyroïde

Autre chiffre inquiétant : Auvergne-Rhône-Alpes serait touché plus fortement par les cancers de la thyroïde. Certains évoquent fréquemment le nuage de Tchernobyl pour le justifier. Pas le Dr Thomas Mognetti, qui évoque surtout une tendance à diagnostiquer plus souvent ce cancer dans notre région. Un cancer peu fréquent dit-il, et surtout pas très dangereux : 

99% des gens qui ont un cancer de la thyroïde n'en mourront pas"

Le Docteur Mognetti du centre Bérard à Lyon évoque la plus forte présence du cancer de la thyroïde en Auvergne-Rhône-Alpes

En clair, quand on cherche ce cancer de la thyroïde, souvent on le trouve.