Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Mois sans tabac : Pour un mois d'abord, pour la vie ensuite

jeudi 2 novembre 2017 à 10:41 Par Eric Bouvet, France Bleu Armorique

Après une première édition à succès en 2016, un nouveau "Mois sans tabac" est lancé en novembre, pour aider les 16 millions de français qui fument à arrêter.

La théorie de la "contagion" ou quand il est plus facile d'arrêter à plusieurs
La théorie de la "contagion" ou quand il est plus facile d'arrêter à plusieurs © Maxppp - Sébastien Jarry

Bretagne, France

Une première édition à succès

La première édition du "Mois sans tabac" en 2016 a enregistré 180.000 inscrits. Il y a eu 3 fois plus de visites sur "Tabac Info Service" et 3 fois plus d'appels vers les lignes d'aide à l'arrêt.

Un succès pour Karine Gallopel-Morvan, spécialiste des politiques de lutte contre le tabagisme et professeur des universités à l’Ecole des Hautes études en Santé publique (EHESP) de Rennes.

73.000 morts par an en France

Ce "Mois sans tabac" fonctionne sur le principe de l'émulation, sur la "Théorie de la contagion", comme l'appelle Karine Gallopel-Morvan. Ainsi, si deux personnes dans la même entreprise décident d'arrêter de fumer, elles ont 34% de chances en plus de réussir. Constat plus important entre conjoints. Si un des deux décident d'arrêter le tabac, l'autre a 70% de chances supplémentaires d'y parvenir aussi.

700.000 bretons fument tous les jours

La France, avec 34% de fumeurs, est mauvaise élève par rapport à d'autres pays européens, ou aux États-Unis où le taux est de 15%. Karine Gallopel-Morvan milite donc pour des cigarettes plus chères, expliquant qu'en Australie par exemple, le paquet est à 20€.

La situation est pire en Bretagne, où les fumeurs quotidiens chez les jeunes de -17 ans sont 37%, plus qu'ailleurs en France (32,4% au niveau national).

Beaucoup plus facile quand on se fait aider

Dans le cadre de ce 2ème "Mois sans tabac", plusieurs dispositifs sont mis en place (tabacologues, lignes d'aide à l'arrêt, pages facebook, sites internet, etc.) pour aider à arrêter.

Il existe même une application pour un accompagnement personnalisé.