Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Monoxyde de carbone : 10 personnes intoxiquées en Indre-et-Loire en 2016

jeudi 4 janvier 2018 à 14:35 Par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine

Selon l'ARS, l'Agence Régionale de Santé, 10 personnes ont été intoxiquées au monoxyde de carbone en Indre-et-Loire en 2016. Inodore, incolore, indétectable par l’homme, le monoxyde de carbone est la première cause de mortalité accidentelle par toxique en France.

Pour éviter une intoxication au monoxyde de carbone, il faut faire entretenir chaque année sa chaudière par un professionnel
Pour éviter une intoxication au monoxyde de carbone, il faut faire entretenir chaque année sa chaudière par un professionnel © Maxppp - Jean-François Frey/L'Alsace

L'ARS, l'Agence Régionale de Santé dévoile les chiffres des intoxications au monoxyde de carbone pour la Région Centre-Val-de-Loire, des chiffres stables par rapport à 2016. En 2016, 45 épisodes répondant à la définition épidémiologique des cas d’intoxication au monoxyde de carbone ont été recensés dans notre région, intoxiquant 132 personnes dont 2 sont décédées. 

Pour l'Indre-et-Loire, 10 personnes ont été intoxiquées en 2016, soit 3 épisodes d'intoxication enregistrés

Selon l'ARS, toutes les classes d’âge ont été concernées par les intoxications, avec une légère prédominance pour les moins de 15 ans (30%) et les adultes de 25 à 45 ans (29%). Les intoxications sont survenues toute l’année avec une majorité des signalements pendant la période de chauffe (octobre-février), le pic annuel ayant été observé en février avec 7 épisodes. 

En cas de suspicion d'intoxication, il est recommandé d’aérer les locaux, d’arrêter si possible les appareils à combustion, d’évacuer les locaux et d’appeler les secours en composant le 15 (SAMU), le 18 (pompiers) ou encore le 112 (pompiers).

Des gestes simples existent pour éviter l'intoxication au CO :

  • Avant l’hiver, faites vérifier par un professionnel qualifié vos installations de chauffage, vos conduits de fumée et vos installations de production d’eau chaude sanitaire. L’entretien annuel des chaudières est désormais obligatoire, quel que soit le combustible utilisé. Le ramonage des conduits de cheminée l’est également.
  • Veillez toute l’année à assurer une bonne ventilation de votre logement. N’obstruez pas les bouches d’aération destinées à la ventilation du logement et au fonctionnement des appareils à combustion, même en période de grand froid.
  • N’utilisez surtout pas un groupe électrogène dans un local, même ouvert sur l’extérieur : il doit être utilisé exclusivement en extérieur et à distance suffisante des prises d’air et des ouvrants (fenêtres, portes, etc.) des habitations.
  • N’utilisez pas de manière prolongée les chauffages d’appoint à gaz ou pétrole. Ils rejettent leurs gaz de combustion et de l’humidité à l’intérieur de l’habitation : leur utilisation doit être ponctuelle (2 heures) et réservée aux seules pièces correctement ventilées.
  • N’utilisez jamais pour vous chauffer des appareils non destinés à cet usage, tels que les cuisinières, les braséros et les barbecues.