Santé – Sciences

Monoxyde de carbone : tout le monde est concerné

Par Thierry Campredon, France Bleu Belfort-Montbéliard mardi 19 janvier 2016 à 8:46

Depuis quelques jours, le froid s'installe un peu partout dans l'aire urbaine, du coup dans les maisons et les appartements les chauffages tournent à plein régime, mais attention danger, une chaudière mal entretenue peut laisser échapper du monoxyde de carbone, un gaz inodore et mortel

C’est la première cause de mortalité par intoxication en France. L’an dernier, en Bourgogne Franche-Comté, 52 affaires d’intoxication ont été déclarées, 147 personnes ont été intoxiquées et on déplore deux décès. Les principales causes d’intoxication sont connues : un défaut d’aération, un défaut de chauffage, ou une utilisation inadaptée des appareils d’appoint. Comme chaque année, l’ARS, l’Agence Régionale de Santé, lance donc une vaste campagne de prévention. Julie-Muriel Philippe est ingénieure sanitaire à l'ARS, et selon elle, pour éviter les accidents il y a des règles essentielles à respecter : "il faut déjà faire ramoner ses conduits de fumées tous les ans par un professionnel, faire entretenir tous les ans sa chaudière par un chauffagiste, et surtout ne pas hésiter à aérer régulièrement son habitat même s’il fait froid à l’extérieur".

Les chauffages d’appoint peuvent être dangereux

En période de grand froid, les chauffages d’appoint sont très souvent utilisés, des appareils qui ne sont pas forcément prévus pour fonctionner à plein temps, et c’est donc ce genre d’appareils qui peuvent s’avérer dangereux. "Les chauffages d’appoint types panneaux radians ou poêle au charbon qui fonctionnent plus de deux heures de suite", insiste Julie-Muriel Philippe qui précise également que les braseros, les cuisinière à gaz ou les barbecues ne sont pas destinés à procurer du chauffage.

Les signes qui doivent alerter

Comme le monoxyde de carbone est un gaz incolore et inodore, il est donc très difficile, voire impossible à détecter, pour autant des signes peuvent alerter affirme Julie-Muriel Philippe : "si plusieurs personnes ressentent en même temps des maux de tête, des vertiges ou des nausées, il faut immédiatement ouvrir les fenêtres, sortir et appeler les secours et surtout ne pas réintégrer les lieux avant d’avoir reçu l’avis d’un professionnel du chauffage ou des pompiers".

Julie-Muriel Philippe, ingénieure sanitaire à l'ARS