Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : des soignants de l'hôpital de Mont-de-Marsan avec "des séquelles" selon la CGT

-
Par , France Bleu Gascogne

La CGT de l'hôpital de Mont-de-Marsan lance une action symbolique ce mardi. Des banderoles vont être accrochées sur les murs de l'hôpital. Le syndicat dénonce le fait que les soignants malades de la Covid ne sont plus reconnus comme ayant eu une maladie professionnelle.

Le site de l'hôpital Layné de Mont-de-Marsan
Le site de l'hôpital Layné de Mont-de-Marsan © Radio France - Jean-Michel Nagat

La CGT de l'hôpital de Mont de Marsan lance une mobilisation symbolique ce mardi.  Des banderoles vont être accrochées sur l'établissement. Il y a bien sur les revendications qui restent, qui durent, exacerbées par la crise du coronavirus : le manque de personnel, les fermetures de lits, les salaires. Mais il y a aussi une colère face à la gestion de la pandémie et ses conséquences sur les soignants de l'hopital.

Plus de 250 soignants contaminés selon la CGT

La CGT de l'hopital de Mont-de-Marsan compte dans un communiqué "au minimum 250 professionnels montois" contaminés par la Covid 19. "Il y a des gens qui ont contracté le virus très vraisemblablement dans l'exercice de leur fonction, dans leur service. Il y en a qui reviennent avec ce que nous on appellera des séquelles. Une toux persistante, des essoufflements à l'effort. Quand je dis à l'effort, c'est une simple marche", détaille Nicolas Bordes, infirmier et représentant CGT de l'hôpital montois. 

Maladie professionnelle et jour de carence 

Le problème pour la CGT, c'est que jusqu'à il y a quelques semaines, les personnels malade de la Covid pouvaient prétendre à une reconnaissance de maladie professionnel. Ce n'est plus le cas. "Jusqu'au 15 septembre, tout personnel hospitalier qui contractait le virus pouvait faire une demande de reconnaissance en maladie professionnelle et c'était accordé. Et un décret dit que ça s'arrête au 15 septembre et qu'après le 15 septembre, pour être reconnu en maladie professionnelle, il faut avoir eu recours à de l'oxygénothérapie, c'est à dire une forme grave du coronavirus avec une grosse atteinte au niveau des poumons. Ou être décédé", dénonce Nicolas Bordes.  

Conséquences selon le syndicaliste, les soignants malades doivent payer leur frais de santé "de leur poche" avec la prise en charge de la sécurité sociale, alors que selon la CGT, ce devrait être à la charge de l'employeur. "Cela veut dire qu'aujourd'hui quelqu'un qui attrape le coronavirus dans l'exercice de ses fonctions, c'est considéré comme une maladie ordinaire. Exactement la même chose que si on s'était cassé un genou au ski".

Enfin, dans le même ordre d'idée, la CGT demande l'abolition du jour de carence pour les malades du coronavirus.  Car aujourd'hui un soignant qui tombe malade de la Covid 19 perd un jour de salaire avec son arrêt maladie. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess