Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Montagne ardéchoise : des infirmières en renfort pour les urgences

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Six infirmières spécialement formées prennent en charge une partie des urgences sur la montagne ardéchoise. Une façon de pallier le manque de médecin.

Six infirmières pompiers volontaires font parti du dispositif
Six infirmières pompiers volontaires font parti du dispositif © Radio France - Pierre-Jean Pluvy

Privas, France

L'agence régionale de santé et le service départemental d'incendie et de secours de l'Ardèche ont signé mercredi une convention. Il s'agit d'officialiser le rôle de sapeurs pompiers un peu particuliers. Elles six, infirmières et pompiers volontaires. 

La montagne ardéchoise est à plus d'une heure d'un service d'urgence

Le constate st simple : si vous habitez sur le plateau ardéchois et que vous appelez les urgences, on vous enverra soit un médecin généraliste local correspondant du Samu, soit un service d'urgence qui viendra d'Aubenas ou de Privas, plus d' une heure de route, soit encore l'hélicoptère. Il y a désormais une autre possibilité : faire appel aux pompiers volontaires infirmières. Elles sont infirmières et pompiers volontaires et elles se relaient pour assurer une garde 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.  

Un peu plus que des infirmières

Elles ont été spécialement formées pour intervenir sur les urgences et elles ont le droit de pratiquer des gestes habituellement réalisés par un médecin. Elles peuvent par exemple réaliser un électrocardiogramme ou prendre en charge la douleur pour transporter un patient. Jusque-là, un médecin généraliste correspondant du Samu était présent mais sur le secteur de Saint-Cirgues-en-Montagne et Coucouron, il n'y aura en septembre plus qu'un seul médecin. Il faut bien trouver des solutions alternatives.  

L'agence régionale de santé apporte 50.000 euros

L'agence régionale de santé est venue avec une enveloppe de 50.000 euros qui va permettre de financer du matériel d'urgence. Et la question du financement est importante. Ces infirmières pompiers volontaires touchent 10 euros pour une nuit de garde, 11 euros de l'heure lors d'une intervention pour un travail qu'elles réalisent en plus de leur emploi d'infirmières libérales. 

Choix de la station

France Bleu