Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Mort de Vincent Lambert : "une tragédie familiale" et la nécessité de mieux parler de la mort pour l'association JALMALV

-
Par , France Bleu Mayenne

Après l'annonce de la mort de Vincent Lambert ce jeudi au CHU de Reims, l'association mayennaise Jusqu'À La Mort Accompagner La Vie estime que l'arrêt des traitements étaient inéluctables et rappelle la nécessité pour chacun d'entre nous de rédiger ses directives anticipées.

L'hôpital Sebastopol à Reims où se trouvait Vincent Lambert depuis son accident de la route en 2008.
L'hôpital Sebastopol à Reims où se trouvait Vincent Lambert depuis son accident de la route en 2008. © Radio France - Sophie Constanzer

Département Mayenne, France

C'est la fin d'une tragédie de 11 ans : la mort de Vincent Lambert, ce jeudi matin au CHU de Reims et qui a été annoncé par la famille. Cet homme de 42 ans vivait dans un état végétatif après un accident de la route en 2008. Ses parents souhaitaient son maintien en vie coûte que coûte au contraire de sa femme et son neveu qui plaidaient eux pour un arrêt des traitements. Ce qui a été fait. Le docteur Sanchez, chef de service de soins palliatifs du CHU de Reims, avait entamé la semaine dernière un nouveau processus d'arrêt de l'hydratation et de la nutrition par sonde, un protocole médical rendu possible le 28 juin par la Cour de cassation.

Si c'est aussi la fin d'une longue bataille judiciaire, il faut maintenant tirer les leçons de la tragique histoire de Vincent Lambert, d'après l'association mayennaise JALMALV, Jusqu'À La Mort Accompagner La Vie. Et Davantage parler de la mort au sein des familles d'après le médecin Marie-Thérèse Leblanc Briot. "On a beaucoup parlé des directives anticipées. C'est compliqué à écrire mais il faut y penser. 'Qu'est ce que je voudrais ? Qu'est-ce que je ne voudrais pas ? Le cas de Vincent Lambert illustre surtout le tragique conflit familial. C'est impossible pour une famille de décider des traitements. La famille elle veut forcément ce qui est le mieux pour son proche. Ce que nous inspire cette histoire à l'association c'est la nécessite de parler de toutes ces questions autrement, bien en amont. La mort, elle est tout le temps présente dans la vie. Nous sommes tous confrontés décès d'un proche et pourtant c'est une question qui est peu parler" déclare la présidente d'honneur de la JALMALV. 

Cette association en Mayenne, forme des accompagnants-bénévoles pour aider les patients en fin de vie dans les hôpitaux et les EHPAD du département. Elle compte 100 adhérents et une quarantaine de bénévoles. "Le cas de Vincent Lambert " est surtout un fiasco pour la société française d'après Marie-Thérèse Leblanc Briot. 

"On intègre pas assez la question de la fin de vie"