Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Moustique tigre : des opérations de démoustication dans plusieurs départements pour limiter la propagation des maladies

-
Par , France Bleu

Désormais implanté dans plus de la moitié des départements français, le moustique tigre transmet des maladies virales comme le zika, la dengue et le chikungunya. Dans plusieurs départements les autorités s'organisent pour éviter qu'elles ne se propagent.

Le moustique tigre est reconnaissable à ses rayures noires et blanches
Le moustique tigre est reconnaissable à ses rayures noires et blanches © AFP - Jean Lecomte / Biosphoto

Montauban, Mont-de-Marsan, Bergerac etc. : ces dernières semaines, des opérations de démoustication ont eu lieu dans plusieurs départements de France après la confirmation de cas de dengue. À chaque fois, les patients ont contracté la maladie lors d'un séjour à l'étranger mais les autorités redoutent que le moustique tigre, aujourd'hui implanté dans 51 départements, ne véhicule la maladie.

Nécessité d'adapter notre système de santé

Apparu dans les Alpes-Maritimes en 2004, le moustique tigre ou Aedes albopictus, "l'espèce la plus invasive au monde", se développe essentiellement en milieu urbain et présente la particularité de piquer le jour.  "Une fois installé dans une commune ou un département, il est pratiquement impossible de s'en débarrasser", estiment les autorités. 

Résultat, les maladies virales transmissibles par le moustique (zika, dengue, chikungunya) gagnent du terrain. Une situation qui impose d'adapter notre système de santé selon Christine Ortmans, responsable du département Veille et sécurité sanitaire à l'Agence régionale de santé PACA (Marseille).  

Pour réduire "les risques de résistance aux traitements insecticides", Santé publique France (SpF) recommande de "limiter la lutte anti vectorielle autour des seuls cas confirmés", de "renforcer la sensibilisation et la formation des professionnels de santé" et de "s’assurer de disposer de moyens humains et logistiques conséquents lors d’apparition de cas autochtones, afin de limiter la survenue d’une épidémie importante."

Depuis 2010 en métropole, le moustique tigre a transmis la dengue et le chikungunya à plusieurs reprises. Au total, 54 personnes sont tombées malades. Selon Florian Franke de Santé publique France, "l'analyse des 12 épisodes de cas autochtones (c'est à dire les patients qui n'ont pas voyagé dans des zones contaminées, ndlr) survenus entre 2010 et 2018 en France métropolitaine a montré que leur apparition étaient très majoritairement liée à l'absence d'identification des cas primaires importés (cas de départ, ndlr) par la surveillance renforcée" et, "dans une moindre mesure", à des actions incomplètes pour lutter contre le moustique " autour des lieux fréquentés" par les personnes revenues avec le virus.

Comment se protéger ?

Prévention, répulsifs, pièges... de nombreuses parades existent pour limiter la propagation des maladies.

En Provence-Alpes-Côte d'Azur par exemple, le Comité régional d’éducation pour la santé mise sur la prévention en distribuant des "Mouskit", des kits pédagogiques dans les écoles et collèges.

À Hyères (Var) où le moustique fait fuir les vacanciers qui désertent les terrasses des restaurants et les campings pour échapper aux piqûres et démangeaisons, la municipalité a investi dans plus de 150 pièges, des bornes émettant un cocktail olfactif naturel simulant la respiration humaine pour attirer les insectes. En Gironde, la ville de Bègles a installé des nichoirs et abris pour hirondelles, martinets et chauves-souris, les prédateurs naturels du moustique tigre, pour limiter l'invasion. À Villenave d'Ornon, la mairie a vendu des pièges "fait-maison" à ses administrés.

Dans le Grand Est, les autorités sanitaires travaillent avec leurs homologues du Land allemand du Bade-Wurtemberg et de Suisse au sein d'un réseau baptisé "Tiger" ("Tri-national Initiative Group of Entomology in Upper Rhine valley") pour mieux traquer l'insecte. Des experts ont notamment installé des "pièges-pondoirs".

Le meilleur moyen de se prémunir reste toutefois de porter des vêtements longs et clairs et d'éliminer les eaux stagnantes autour de chez soi (mobilier de jardin, jeux d'enfants, vieux pneus, gouttières...) où le moustique pond :  80 % des nurseries de moustiques-tigres se développent en effet dans des espaces privés. 

► Vous pouvez signaler la présence d'un moustique tigre sur ce site internet

  - Visactu
© Visactu