Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

Moustique tigre : le Vaucluse en rouge, les particuliers doivent éviter les eaux stagnantes chez eux

-
Par , France Bleu Vaucluse

Le Vaucluse est en vigilance rouge pour la présence du moustique tigre, comme 57 autres départements français. Pour lutter contre la prolifération de cet insecte, vecteur de maladies, l'ARS demande à chacun d'éviter les eaux stagnantes chez soi, dans les jardins ou sur les balcons.

Le moustique tigre est vecteur de maladies comme la dengue, le chikungunya et le zika
Le moustique tigre est vecteur de maladies comme la dengue, le chikungunya et le zika © AFP - CDC / BSIP / BSIP

PACA et Occitanie sont les deux régions de France les plus colonisées par le moustique tigre. Dans le Vaucluse, en rouge sur la carte du site vigilance moustique, cet insecte est "implanté et actif", comme dans 57 autres départements français en cette période de l'année. Il est considéré comme actif de mai à novembre. 

80% des endroits où le moustique tigre aime pondre se trouvent dans nos maisons

Implanté depuis 2004 en région PACA, le moustique tigre est vecteur de maladies comme la dengue, le chikungunya et le zyka. Cette année encore, l’Agence régionale de santé fait de la prévention, en rappelant que 80% des endroits où cet insecte aime pondre se trouvent dans nos maisons. Il faut une prise de conscience de chacun, explique Karine Hadji, ingénieure du génie sanitaire à l’ARS Paca.

Pour éviter la prolifération de ce moustique aux rayures noir et blanc, il faut détruire ses œufs et donc supprimer les eaux dans lesquelles la femelle pond. Chez nous, cela veut dire vider les coupelles des plantes et tous les objets qui peuvent contenir de l’eau comme les jouets des enfants, des décorations de jardin, les arrosoirs. Si vous avez une piscine ou des réserves d’eau, il faut mettre une bâche ou une moustiquaire. Les femelles aiment bien aussi le creux des arbres ou les bambous cassés qu’il faut vider. 

Éliminer les lieux de repos des moustiques

Il n’y a pas seulement ces récipients qui peuvent être des gîtes pour les larves, il faut aussi éliminer ce qu’on appelle les lieux de repos des moustiques. Pour ça, il faut élaguer ses arbres, débroussailler et tailler les haies, ramasser les fruits tombés.

Ne pas oublier de retirer les feuilles de la gouttière et dans tous les cas, vérifier le bon écoulement des eaux de pluie et des eaux usées. En gros, l’ARS nous demande de bien entretenir nos jardins et de veiller à ce qu’il n’y ait pas le moindre recoin d’eau stagnante. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu